OceanVirtuel

Le site des Régates Oceaniques Virtuelles
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ingrid Bétancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Ingrid Bétancourt   Jeu 27 Déc - 4:12

Very Happy
Salut à tous
Ce post est dédié à la libération d'Ingrid Bétancourt et des 3300 autres otages

j'en entends certains déjà dire "qu'ici n'est pas le lieu, qu'il ne faut pas mélanger, que l'humanitaire en ce moment ..., etc...
Désolé pour ceux là,
virtuel ou réel, on se sert des ses possibilités
moi, sur ma grand voile et sur ma (mes) coque(s), c'est la photo d'Ingrid qui est imprimée et ce depuis plusieurs années, et ce jusqu'à sa libération
et celle des 3300 autres otages

Ici je mettrai les dernières infos
chacun peut y donner son avis quel qu'il soit

Bons vents à toutes et à tous


Dernière édition par le Dim 30 Déc - 4:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 27 Déc - 4:14

Citation :
Bonsoir à toutes et à tous.

Superbe cadeau de Noel : Le président vénézuélien Hugo Chavez vient de recevoir du président Alvaro Uribe le feu vert pour une opération destinée à la mise en liberté de trois otages de la guérilla colombienne des Farc.

Cette intervention vénézuélienne par voie aérienne en territoire colombien pourrait, selon M. Chavez, être menée et achevée ce jeudi.

Pour récupérer les otages en territoire colombien, M. Chavez et les Farc ont mis au point un plan impliquant un cortège d'avions à bord desquels se trouveraient des représentants des gouvernements de plusieurs pays, dont l'Argentine, le Brésil, Cuba, l'Equateur et la France, ainsi que du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Je mets les information dans la "Revue de presse" de www.betancourt.info au fur et à mesure qu'elles me parviennent.

Bonnes fêtes de fin d'années à vous tous !

Armand

* Armand Burguet - +32 (0) 474 50 80 04 - armand@educweb.org

* www.EducWeb.org - pour les enseignants et leurs classes

* www.Betancourt.info - soutien à Ingrid Betancourt, otage depuis février 2002
* www.Aeropostale-3000.org - écrire à un des 3.000 séquestrés de Colombie
* www.Atterrissage.org - l'Europe : rêve ou cauchemar ?
* www.AlterFocus.com - un autre regard sur l'actualité




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Sam 29 Déc - 8:04

Citation :

La phase 1 de la libération des otages de Farc est lancée
29/12/2007 - Le Monde
Deux hélicoptères ont décollé vendredi du sud-ouest du Venezuela dans le cadre de l'opération de récupération des trois otages des Farc dont la libération ne devrait cependant pas intervenir avant samedi.

Les deux appareils de la Croix-Rouge sont partis à 15h30 (20h00 GMT) de la base militaire de Santo Domingo, dans le sud-ouest du Venezuela, et ont pris la direction de Villavicencio, en Colombie où ils sont arrivés deux heures plus tard.

Le plan conçu par le dirigeant vénézuélien prévoit qu'un convoi aérien marqué aux couleurs de la Croix-Rouge se rende dans cette ville située au pied des Andes, à 90 km environ au sud-est de Bogota.

De là des hélicoptères prendront la direction d'un camp rebelle pour récupérer Clara Rojas, son fils Emmanuel, conçu et né en détention, et la parlementaire colombienne Consuelo Gonzalez pour les ramener à Villavicencio ou les conduire directement en territoire vénézuélien.

"C'est la première phase, l'approche de l'objectif. La seconde phase, ce sera le sauvetage (...) Cette seconde phase doit avoir lieu demain (samedi)", a dit Chavez.

Chavez, qui laissait entendre jeudi soir que l'opération pourrait avoir lieu dans la journée de vendredi, a expliqué que la guérilla ne lui avait pas encore communiqué ce lieu exact où les trois otages seraient rendus à la liberté après six années de captivité dans la jungle.

"Nous avons un petit problème", a-t-il dit aux journalistes l'accompagnant sur la base militaire de Santo Domingo. Selon lui, les rebelles des Farc auraient des difficultés à communiquer depuis la jungle.

"CARAVANE HUMANITAIRE"

A Bogota, le Comité international de la Croix-Rouge avait annoncé un peu plus tôt que les Farc n'avaient pas encore fait connaître les coordonnées du point de rendez-vous.

"Nous ne pouvons sortir de nuit pour des raisons de sécurité, par conséquent, la libération des otages ne pourra probablement pas se faire aujourd'hui", avait déclaré Barbara Hintermann, qui dirige la délégation de l'organisme humanitaire en Colombie.

Le gouvernement colombien a donné mercredi son feu vert à cette "caravane humanitaire" négociée par Chavez avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie pour concrétiser la libération des otages.

Les Farc ont annoncé le 18 décembre qu'elles étaient prêtes à remettre à Chavez ou à quelqu'un qu'il désignerait Clara Rojas, qui est âgée de 43 ans, son fils Emmanuel, dont on pense qu'il a trois ans, et Consuelo Gonzalez, 57 ans.

La libération de ces deux femmes et du petit garçon pourrait créer des conditions favorables pour un échange entre la cinquantaine d'"otages politiques" des Farc - dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, captive depuis février 2002, ainsi que trois ressortissants américains capturés en 2003 - et quelque 500 guérilléros détenus par les autorités colombiennes.

Il s'agirait aussi d'un triomphe diplomatique pour Chavez, coutumier de virulents diatribes contre Washington auquel le président colombien Alvaro Uribe avait retiré fin novembre le mandat qu'il lui avait confié durant l'été pour négocier avec les Farc.

Aux termes de l'accord passé avec Bogota, l'espace aérien colombien est ouvert à la "caravane aérienne" jusqu'à dimanche 23h59 GMT.

La phase 1 de la libération des otages de Farc est lancée Le Monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ds20000

avatar

Messages : 783
Date d'inscription : 20/08/2007
Localisation : Corsica

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Sam 29 Déc - 10:47

A l'eau,
cheers les 3 sont en route ce jour (29/12/07). C une bonne nouvelle.
Pour le post, tu devrais indiquer au moins le prénom au lieu des initiales, c plus clair.
Sinon, à quand un spécial cuisine (que je suis régulièrement).
Allez, à + jojo et bonnes fêtes.santa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://free-sydney-atlantic.over-blog.com/
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Dim 30 Déc - 9:42

Citation :

Matinternet
Nouvelles internationales
Colombie : Le lieu de libération des trois otages des FARC est connu
Le 30 décembre 2007 - 10:47
--------------------------------------------------------------------------------
Les coordonnées du lieu de libération des otages des FARC en Colombie sont connues. La guérilla a transmis ces informations au coordinateur de la mission chargée du rapatriement des otages, dimanche, selon la radio colombienne Caracol, qui cite des sources du gouvernement.
Le gouvernement colombien n'aurait pas reçu ces coordonnées.
Tout est donc en place à Villavicencio pour l'opération de libération de trois otages des FARC. Depuis deux jours, deux hélicoptères portant le sigle du Comité international de la Croix Rouge attendent les coordonnées du site de la forêt colombienne, où doit se dérouler la remise des otages.


http://www.matin.qc.ca/articles/20071230104746/colombie_lieu_liberation_des_trois_otages_des_farc_est_connu.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 31 Déc - 3:21

Citation :

Colombie: la libération des otages encore reportée mais proche selon Caracas
31/12/2007 - AFP
L'opération humanitaire visant à récupérer trois otages de la guérilla des Farc dans la forêt colombienne a subi dimanche un nouveau report, mais le coordonnateur général de la mission a assuré que leur libération était proche.

"L'opération va se réaliser très bientôt, dans un bref délai", a affirmé Ramon Rodriguez Chacin, le coordonnateur désigné par le président vénézuélien Hugo Chavez, sans toutefois préciser de date.

Considéré comme le canal de communication entre le Venezuela et la guérilla, M. Chacin a déclaré n'avoir toujours pas reçu les coordonnées du point de rendez-vous où doivent être remis les otages.

"Nous ne savons pas où est l'endroit", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse improvisée dans un hôtel à Caracas, démentant la radio colombienne Caracol qui avait annoncé qu'il avait reçu les coordonnées du lieu.

Un peu plus tôt, le chef de la diplomatie vénézuélienne, Nicolas Maduro, avait promis que le dénouement était "tout près", appelant à une "plus grande patience" devant les reports successifs de la phase finale de l'opération.

La caravane aéroportée a encore attendu toute la journée en vain sur le tarmac de l'aéroport colombien de Villavicencio, à 100 km au sud-est de Bogota, d'où doivent partir des hélicoptères du Comité international de la Croix Rouge (CICR) à la recherche des otages.

Deux appareils en provenance de Caracas ont atterri à Villavicencio pour participer à la mission. D'une taille plus modeste que les M-17 envoyés précédemment, ces hélicoptères de marque Bell disposent d'une meilleure capacité de manoeuvre pour se rendre dans la jungle.

Trois avions à réaction Falcon ayant transporté les délégués internationaux, représentant sept pays latino-américains et européens, dont la France et la Suisse, sont aussi stationnés sur le tarmac, placé sous la surveillance de 350 policiers et militaires et investi par des dizaines de journalistes.

Dans un geste de "reconnaissance" envers M. Chavez, la guérilla marxiste s'est engagée à libérer Clara Rojas, l'assistante de l'ancienne candidate à l'élection présidentielle colombienne Ingrid Betancourt, son fils Emmanuel, et l'ex-parlementaire Consuelo Gonzalez de Perdomo.

La veille, M. Chavez avait laissé planer la menace d'une annulation "dans le cas où l'opération durerait trois, quatre, cinq jours de plus pour des raisons de sécurité".

Pour expliquer ce retard, il avait invoqué la possibilité d'"opérations de harcèlement" contre la guérilla marxiste, faisant allusion à l'"appareil technologique" des Etats-Unis au-dessus de la forêt colombienne.

L'émissaire du gouvernement colombien, Luis Carlos Restrepo, a démenti dimanche ces accusations, affirmant qu'il n'y avait "aucune volonté ni action d'interférence" contre l'opération humanitaire.

A Paris, la Fédération internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB) s'est dite inquiète de l'éventualité d'une "intervention militaire pendant le processus de libération des otages ou après".

L'opération humanitaire, lancée sous l'égide du CICR par le président Chavez, représente le premier pas vers un échange global entre plus d'une quarantaine d'otages dits "politiques" et environ 500 guérilleros emprisonnés, prôné par les Farc.

Citation :

Otages en Colombie: la mission humanitaire demande aux Farc un rendez-vous lundi
31/12/2007 - AFP
La mission envoyée par le Venezuela en Colombie récupérer trois otages des Farc presse la guérilla marxiste de fixer lundi un lieu de rendez-vous pour effectuer cette opération, dont la réalisation s'annonce complexe.

Le Comité international de la Croix Rouge (CICR) a exhorté la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) à fournir rapidement les coordonnées du lieu, où doit se dérouler la remise de ses prisonniers.

"Mon appel aux Farc, c'est que nous voulons recevoir au plus tôt les coordonnées de l'endroit où se réalisera l'opération", a lancé Barbara Hintermann, chef de la délégation du CICR en Colombie. A l'aéroport de Villavicencio, à 100 km au sud-est de Bogota, où patiente une délégation internationale représentant sept pays, la caravane aéroportée est désormais au complet, après l'arrivée de deux petits hélicoptères, plus maniable dans la jungle colombienne. "Avec toute la logistique, nous sommes prêts à partir à tout moment sur le terrain pour aller chercher les otages", a-t-elle poursuivi.

Difficultés logistiques ou stratégie délibérée: le retard pris dans la libération des trois otages de la guérilla des Farc se prête aux spéculations en Colombie. L'opération de récupération des otages dans la forêt colombienne a été maintes fois reportée depuis l'arrivée des premiers hélicoptères du Comité international de la Croix Rouge (CICR), immobilisés depuis vendredi à l'aéroport de Villavicencio, à 100 km au sud-est de Bogota. Le coordonnateur général de la mission, Ramon Rodriguez Chacin, auquel la guérilla doit fournir le lieu de rendez-vous pour la remise de ses prisonniers, a admis qu'il ne savait toujours pas "où est l'endroit".

En raison du retard accumulé, le gouvernement colombien a accordé un nouveau délai de trois jours, à partir de lundi, pour l'utilisation de son espace aérien. "Le délai réclamé (par le Venezuela) est de 72 heures", a déclaré Cesar Velasquez, porte-parole de la présidence colombienne, affirmant que Bogota était prêt à apporter "toute la collaboration requise" pour le bon déroulement de la mission.

L'opération humanitaire, montée par le président vénézuélien Hugo Chavez sous l'égide du CICR, a été à nouveau retardée dimanche, les Farc n'ayant toujours pas déterminé de point de rencontre. Toutefois, le coordonnateur général de la mission, désigné par M. Chavez, a assuré que leur libération était proche. "L'opération va se réaliser très bientôt, dans un bref délai", a affirmé Ramon Rodriguez Chacin, sans toutefois préciser de date.

Considéré comme le canal de communication entre Caracas et la guérilla, M. Chacin, ancien ministre vénézuélien de l'Intérieur, l'a reconnu sans détour dimanche soir: "Nous ne savons pas où est l'endroit".

M. Chacin a en outre averti que la localisation du lieu de rendez-vous n'avait rien de simple car la guérilla devait prendre des "mesures de sécurité". Les "coordonnées" pourraient aussi bien s'avérer être juste une adresse dans un village ou un hameau (...) et nécessiter des marches avec des haltes ou des traversées nocturnes", a-t-il dit.Un peu plus tôt, le chef de la diplomatie vénézuélienne, Nicolas Maduro, avait promis que le dénouement était "tout près", appelant à une "plus grande patience".

Les trois otages que la guérilla a promis de relâcher en signe de "reconnaissance" envers M. Chavez sont Clara Rojas, proche de l'ex-candidate à la présidence colombienne Ingrid Betancourt, son fils Emmanuel né en captivité, et l'ex-parlementaire Consuelo Gonzalez.

La mission n'est pas sans risque car elle doit se dérouler dans une zone de conflit entre la guérilla, l'armée régulière qui y possède la base d'Apiay et les groupes paramilitaires d'extrême droite, liés au pouvoir.

La région englobe un vaste territoire de plus de 310.000 km2, situé dans le centre et le sud-est du pays, en plein fief de la coca. Cette zone, qui compte peu de routes, comprend en revanche de nombreuses pistes d'atterrissage de fortune, empruntées par les trafiquants de drogue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 31 Déc - 15:35

Citation :

Otages: le gouvernement colombien accuse les Farc de "mentir"
31/12/2007 - AFP, Intnl Herald Tribune, Edicom, Nouvel Obs
Le gouvernement colombien a durci le ton lundi à l'égard des Farc, reprochant à la guérilla de "mentir", afin de retarder délibérement l'opération de récupération de trois otages, dont une réalisation rapide s'annonce de plus en plus incertaine.

"Nous avons donné toutes les garanties nécessaires, mais les Farc sont en train de mentir et de (nous) tromper", a accusé le Haut commissaire colombien à la paix, Luis Carlos Restrepo, dans un discours très offensif.

"Nous savons que cette guérilla ment et trompe en permanence. Cela fait quarante ans que nous avons affaire avec eux", a déclaré à la presse M. Restrepo depuis l'aéroport de Villavicencio, 100 kilomètres au sud-est de Bogota, sur lequel des hélicoptères attendent trois jours que les Farc fournissent un point de rencontre.

Selon l'émissaire de Bogota, "la responsabilité en incombe aux Farc qui n'ont donné, inexplicablement, aucune information au gouvernement vénézuélien alors qu'ils ont annoncé la remise des otages depuis plusieurs jours".

"Cela doit être bien clair, c'est ce groupe qui n'a pas donné l'information pertinente", a-t-il ajouté, soulignant ques les autorités colombiennes avaient apporté "toutes les garanties" pour le bon déroulement de l'opération.

La mission humanitaire, menée par le président du Venezuela Hugo Chavez sous l'égide du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), est suspendue à la communication par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) d'un lieu de rendez-vous pour aller chercher les otages dans la forêt.

Le président colombien Alvaro Uribe, connu pour sa politique de fermeté envers la guérilla, a décidé d'interrompre ses vacances dans sa propriété familiale dans le nord du pays, pour se rendre dans la journée à Villavicencio.

Il devrait se réunir avec les délégués de cette mission internationale dans laquelle sont représentés cinq pays latino-américains ainsi que la France et la Suisse.

Un peu plus tôt, dans la matinée, le chef de la diplomatie vénézuélienne, Nicolas Maduro, avait débarqué à l'aéroport colombien et rejoint les émissaires étrangers, sans faire la moindre déclaration.

Immobilisée sur le tarmac, la caravane aéroportée, composée d'appareils du CICR, est au complet depuis dimanche soir, après l'arrivée de deux petits hélicoptères, plus maniables au-dessus de la jungle.

Le gouvernement colombien a accordé un nouveau délai de trois jours, à partir de lundi, pour l'utilisation de son espace aérien.

Les trois otages que la guérilla marxiste a promis de relâcher depuis le 18 décembre sont Clara Rojas, proche de l'ex-candidate à la présidence colombienne Ingrid Betancourt, son fils Emmanuel né en captivité, et l'ex-parlementaire Consuelo Gonzalez.

L'idée de leur retour pour fêter le réveillon du Nouvel An avec leurs familles, un objectif poursuivi à l'origine par M. Chavez, ne cesse de s'amenuiser.

Le président vénézuélien a déjà laissé planer un éventuel échec de la mission en cas d'important retard, mettant en garde la guérilla contre des opérations militaires de "harcèlement", une hypothèse rejetée par Bogota.

Le CICR a exhorté les Farc à fournir "au plus tôt" les coordonnées du lieu pour la remise de ses prisonniers.

"Avec toute la logistique, nous sommes prêts à partir à tout moment sur le terrain pour aller chercher les otages", avait lancé Barbara Hintermann, chef de la délégation du CICR, dimanche soir à Bogota.

La mission n'est pas sans risque, car elle doit se dérouler dans une zone de conflit entre la guérilla, l'armée régulière, qui y possède la base d'Apiay, et les groupes paramilitaires d'extrême droite, liés au pouvoir.

Le report de la libération des otages en Colombie alimente les spéculations

Difficultés logistiques ou stratégie délibérée: le retard pris dans la libération de trois otages des Farc se prête aux spéculations en Colombie, où les autorités ont accusé lundi la guérilla de "mentir" en refusant délibérément de donner un lieu de rendez-vous.

L'opération de récupération des otages dans la forêt colombienne a été maintes fois reportée depuis l'arrivée des premiers hélicoptères du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), immobilisés depuis trois jours sur l'aéroport de Villavicencio, à 100 km au sud-est de Bogota.

Le Haut commissaire colombien à la paix, Luis Carlos Restrepo, a reproché lundi aux Farc de "mentir", imputant à la guérilla le retard subi par l'opération de libération de trois de ses otages.

Le coordonnateur général de la mission, le Vénézuélien Ramon Rodriguez Chacin, auquel la guérilla doit fournir le lieu de rendez-vous pour la remise de ses prisonniers, a admis qu'il ne savait toujours pas "où est l'endroit".

Considéré comme le canal de communication entre la guérilla et Caracas, M. Chacin, désigné par le président vénézuélien Hugo Chavez, a souligné que la détermination du lieu de rendez-vous serait une tâche complexe.

"Ne perdons pas de vue (...) que le jour où nous aurons les coordonnées en Colombie, il pourra s'agir d'un héliport, et quand nous arriverons sur place, pour raison de sécurité, ils en fixeront un second ou un troisième", a averti M. Chacin.

"Peut-être dans le troisième aéroport, ils nous diront qu'il faut marcher pendant un kilomètre, ou 500 mètres. Ce sont des mesures de sécurité qui sont compréhensibles", a-t-il ajouté.

Selon M. Chacin, les "coordonnées" pourraient aussi bien s'avérer "être juste une adresse dans un village ou un hameau (...) et nécessiter des marches avec des haltes ou des traversées nocturnes".

Le président vénézuélien avait aussi mis en garde la guérilla marxiste contre de possibles "opérations de harcèlement", à travers l'"appareil technologique" des Etats-Unis au-dessus de la forêt colombienne, évoquant des avions espions. Une hypothèse écartée par Bogota.

A Paris, la Fédération internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB) s'est dite inquiète de l'éventualité d'une "intervention militaire pendant le processus de libération des otages ou après".

"Pour sa propre sécurité, la guérilla ne va pas remettre les coordonnées tant qu'elle ne sera pas sûre des sites pour la libération", a estimé pour sa part l'ancien conseiller colombien pour la paix Lazaro Viveros.

Mais le retard de l'opération pourrait aussi correspondre à une stratégie déjà employée par les Farc.

"Nous savons que cette guérilla ment et trompe en permanence. Cela fait quarante ans que nous avons affaire à eux", a souligné M. Restrepo.

L'émissaire colombien a assuré qu'il n'y avait "pas eu de combats" et que les conditions météorologiques étaient "optimales" dans la région où la mission doit aller chercher les otages.

"Les organisations qui restent en confrontation avec l'Etat, comme les Farc ou l'ELN (Armée de libération nationale, seconde guérilla, du pays d'obédience guévariste), ont leur propre logique et leur propre gestion du temps", selon Ana Teresa Bernal, membre de la Commission nationale de réparation et de réconciliation, qui s'occupe des victimes du conflit colombien.

Un exemple récent est encore dans les mémoires. En septembre dernier, la guérilla avait attendu cinq jours pour remettre au CICR les cadavres de onze otages, des députés provinciaux, tués dans des circonstances controversées, éprouvant les nerfs des familles.

Barbara Hintermann, chef de la délégation du CICR en Colombie, a exhorté dimanche soir la guérilla à livrer cette fois "au plus tôt les coordonnées de l'endroit où se réalisera l'opération" pour la remise des trois otages.


Le report de la libération des otages en Colombie alimente les ... Edicom
Libération des otages des FARC: Uribe s'en mêle nouvelobs.com
Colombia acusa a las FARC de que "mienten y engañan" AFP
Otages: le gouvernement colombien accuse les Farc de "mentir" AFP
Chavez' hostage rescue mission in Colombia nearing collapse International Herald Tribune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 31 Déc - 15:45

Shocked
Il est évident que Uribe et Chavez
jouent une partie de pocker
de pocfker menteur!!!
qu'en pensez-vous ?
Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 31 Déc - 15:53

Citation :

31/12/2007 : Le Président Chávez aurait reçu un communiqué des FARC : des opérations militaires intensives ont empêché la libération des otages

Le Président Hugo Chávez rend publique une lettre qu'il a reçue des FARC, où ces derniers signalent que des opérations militaires intensives intenses ont empêché la libération annoncée des otages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 2 Jan - 11:36

Citation :

01/01/2008 : Colombie: l'opération de libération des otages se termine sur un apparent fiasco

L'opération "Emmanuel" devant permettre la libération de trois otages des Farc s'est terminée lundi sur un apparent fiasco, le président colombien Alvaro Uribe et la guérilla marxiste s'en rejetant mutuellement la responsabilité.

Citation :

Les Comités Ingrid Betancourt gardent malgré tout l'espoir
02/01/2008 - UniVision, El Universal
La Federation internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB) a déclaré ce mardi à Paris qu'elle gardait malgré tout l'espoir d'une libération des trois otages des Farc, tout en exprimant sa préoccupation devant le fait que cela prendra plus de temps que prévu.

« Nous gardons l'espoir parce que toutes les portes n'ont pas été fermées. Les FARC déclarent que ce n'est pas possible dans l'immédiat, ceci veut dire que cela pourrait être possible dans les jours ou les semaines qui viennent», a déclaré ce mardi le porte-parole de la FICIB, Olivier Roubi, dans une entrevue avec France-Inter.

"Malgré notre préoccupation pour le délai supplémentaire, nous gardons l'espoir, et les familles des otages gardent l'espoir », a indiqué Olivier Roubi, qui a signalé que la médiation de Chávez avait porté ses fruits et que la Communauté internationale était encore mobilisée.

« Le Comité International de la Croix Rouge reste sur place et laisse ouverte la porte aux FARC, s'ils le souhaitent, pour que la liberation puisse quand même se passer», a-t-il rappelé.

Il a exprimé par ailleurs exprimé sa surprise et son émotion quant à l'hypothèse avancée par Uribe, selon laquelle les FARC ne voudraient pas libérer leurs otages parce qu'ils n'auraient pas l'enfant en leur pouvoir.

« Ce qui nous a énormément choqués, c'est qu'Uribe ait fait cette déclaration sans en avoir informé la famille » a commenté Roubi.

« Ce que nous regrettons, c'est que la famille de Clara n'ait pas été mise au courant, que l'on n'ait jamais essayé d'avoir des preuves objectives, alors qu'on parle seulement maintenant de tests ADN... Imaginez ce qu'a pu penser la maman de Clara quand elle a entendu ces déclarations… », a-t-il ajouté.

« Nous n'arrivons pas à comprendre ce qui est passé par la tête du président Uribe pour faire cette declaration, a dit Roubi. » Était-ce une manière d'attirer l'attention des média ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 10:53

PETITION POUR LA LIBERTE DES OTAGES
PLUS DE 2000 JOURS SANS INGRID ET CLARA

Monsieur le Président de la République Française, Mesdames et Messieurs les députés européens, nous vous demandons de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour favoriser la mise en place d’accords humanitaires en Colombie, seule issue envisageable pour la libération des otages.


Nous remettons notre espoir entre vos mains.



--------------------------------------------------------------------------------

Proclamation de Yolanda Pulecio, mère d’Ingrid Betancourt


Le 23 février 2007, Ingrid Betancourt était privée de liberté depuis 5 ans, c’est à dire 1 825 jours, 43 800 heures ou encore 2 610 000 minutes, sans pouvoir agir pour son propre compte ni prendre ses propres décisions. Sa tragédie est à l’image de ce que vivent plus de 3000 séquestrés en Colombie.


Y avez-vous songé plus d’une minute ?


Ingrid incarne une femme qui s’affronte avec détermination et grandeur aux maux de la société colombienne. Sa lutte contre la corruption et pour la transparence des services publiques a mis plusieurs fois sa vie en péril ; son engagement permanent l’a poussée à être candidate à la Présidence de la République.
Son enlèvement, le 23 février 2002, s’est produit au beau milieu de la campagne présidentielle, alors qu’elle se rendait auprès de ses partisans à San Vicente du Caguan en zone démilitarisée, peu de temps après la rupture de dialogue entre le gouvernement et les FARC.



La Vie sans Liberté est une vie sans dignité. La séquestration crée des lésions profondes dans la vie et la dignité des personnes. Aucune cause ne la justifie ; il est absurde d’invoquer un révolution supposée rendre sa dignité à un peuple, si elle s’appuie sur l’enlèvement de milliers de personnes. Lorsqu’ils ont enlevé Ingrid ils ont écourté sa campagne politique, ils lui ont enlevé sa liberté et, avec elle, sa dignité de vie. Aujourd’hui, Ingrid est devenue le symbole de la lutte pour la liberté de milliers de personnes en Colombie et à travers le monde.



Le supplice de la séquestration est une douloureuse expression de la dégradation de la guerre.
Seul un accord érigeant les limites humanitaires au conflit armé que connaît la Colombie depuis 40 ans pourra mettre fin à ces séquestrations. Des milliers de personnes ont été aussi victimes d’autres violences : disparitions forcées, déplacements, perte d’êtres chers ou pire, perte de la vie.



Tout acte de violence commis par un acteur armé contre une population civile désarmée est inacceptable et condamnable quelles que soient ces pratiques arbitraires, et quels que soient les auteurs.



Au milieu du conflit armé en Colombie, il existe des enlèvements crapuleux et des enlèvements politiques comme ceux d’Ingrid, de soldats, de parlementaires et de gouverneurs. Les séquestrations politiques sont les plus longues ; certains soldats et policiers connaissent ces conditions infâmantes depuis plus de 8 années. Le Gouvernement a le devoir de chercher une solution urgente à cette situation.


A l’heure actuelle aucune des deux parties ne souhaitent la libération des otages. Ni la guérilla qui les considèrent comme butin de guerre, ni le gouvernement qui juge toute négociation comme étant un acte de faiblesse. Rendre la liberté et la vie à ces personnes est la meilleure manière de démontrer la solidité des institutions colombiennes. Il est urgent qu’un accord humanitaire mette définitivement fin à cette pratique inhumaine de la séquestration.


Nous conjurons le Gouvernement Colombien de ne pas tenter de sauvetage « à feu et à sang » ; les séquestrés ont droit à la vie et la vie est le premier droit de toute nation.


Il est besoin de volonté et décision politique pour trouver une solution qui ne s’applique pas au détriment de l’Etat et des institutions ; plusieurs expériences dans le monde l’ont ainsi démontré.

Parce que “la Vie n’est pas une force pour la violence, mais pour la Liberté” Hannah Arendt

___________________________________________________________

Déclaration universelle des Droits de l’Homme

Article 1° :
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 3° :
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.

____________________________________________________________

http://agirpouringrid.com/base/article.php3?id_article=74
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACTI



Messages : 1691
Date d'inscription : 31/08/2007
Age : 49
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 12:30

Je crois que les autorités françaises et européennes, comme nous tous, sont convaincus de faire le maximum pour libérer les otages. A quoi sert donc cette pétition ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 13:32

ACTI a écrit:
Je crois que les autorités françaises et européennes, comme nous tous, sont convaincus de faire le maximum pour libérer les otages. A quoi sert donc cette pétition ?
merci de bien vouloir participer à ce débat
il est ouvert à tous
pour te répondre c'est comme un bulletin dans l'urne
plus les voix seront nombreuses plus son poids aura une signification
une pétition n'est pas un battage médiatique
je rappelle qu'Ingrid n'est pas seule, 3300 autres sont privés de liberté

j'aimerai qu'un de nos compagnons ( Pa..) de régate donne son opinion, car la sienne m'a bien fait évoluer

amicalement bon vent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps



Messages : 108
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Genève.CH

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 15:22

Hello,
Si je ne suis pas intervenu plus tôt,c'est parce que je craignais qu'il arrive ce qui arrive aujourd'hui.
Et plutôt que de rejeter la faute sur les deux belligérants,qui sont en guerre
je le rappelle,regarder plutôt du côté de la maison blanche,que Uribe a visité
la semaine passé.
Vous pensez vraiment que doubles w,veut que Chavez remporte les
honneurs d'une libération.Uribe revient avec dans ces bagages une cargaison
d'armes derniers modèle.Que peuvent peser des otages contre les dollars.
Quand aux FARCS si ils veulent libérer un ou plusieurs otages ils peuvent
les ramener a Bogotas sans problème.
C'est pour cela que ce genre de choses doit ce faire dans l'ombre des riches
palais de ceux qui nous font prendre des vessies pour des lanternes.
Votez pour la libérations des otages,et des prisonniers.
Bon courage djodj.Amicalement.Phill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 16:11

Bien vu Phill,
j'avoue que cet aspect (les prétentions des USA en Amérique du sud) m'avait un peu échappé
la passion me fait oublier qu'il faut faire 3 pas en arrière de temps en temps.
Je comprends bien qu'au niveau international plus de discrétion serait bienvenue, concédons qu'à notre niveau
(ce forum) on n'a pas de pouvoir, simplement le désir d'entendre une réaction
merci de participer

j'encourage nos amis marins a donner leur avis
quelqu'il soit, il sera respecté

amicalement, bon vent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps



Messages : 108
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Genève.CH

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Jan - 22:04

Je voudrai tous de même ajouter,que les négociations sur la liberté
prochaine des otages doivent avoir aboutis.Mais comment l'idée que les
Farc donne un lieu précis,sans attirer toute l'armée Colombienne dans le
secteur.Souvent le CICR est pris au piège et ne peu rien garder secret.
Donc cela va ce faire mais au condition des Farc.
Bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Ven 4 Jan - 15:58

Citation :

Zomenof (formateur indépendant) 22H10 02/01/2008
Je me demande même si Ingrid BETANCOURT n'est pas plus en sécurité chez les FARC, car il ne faut pas oublier qu'elle fait parti de l'opposition d'URIBE mis au pouvoir par les ÉTATS UNIS qui arment les groupes para-militaire d'URIBE. Je conseille à tous les lecteurs d'écouter le formidable reportage de Daniel MERMET dans l'émission "Là bas si j'y suis" qui passe à 15 heures. toutes ces émissions peuvent être écoutées et enregistrées sur le site http://www.la-bas.org/. Ces reportages sur la Colombie nous donnent une vision précise sur ce qui se passe réellement en Colombie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps



Messages : 108
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Genève.CH

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Sam 5 Jan - 4:45

Very Happy Génial l'adresse(la-bas.org)
Merci djodj.
Cela fait longtemps que je ne pouvais pas écouter Daniel Mermet a l'heure
diffusé.
Une autre façon de s'informer me parait essentiel dans la société d'aujourd'hui.
A plus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Sam 5 Jan - 5:50

Paps a écrit:
Very Happy Génial l'adresse(la-bas.org)
Merci djodj.
Cela fait longtemps que je ne pouvais pas écouter Daniel Mermet a l'heure
diffusé.
Une autre façon de s'informer me parait essentiel dans la société d'aujourd'hui.
A plus

c'est ma façon de te remercier

http://www.bakchich.info/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avel

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 01/08/2007
Age : 73
Localisation : Le Pouldu

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Dim 6 Jan - 1:06

Dans le genre 'foutage de gueule' on a assisté à un grand numéro pale

Chavez ne s'intéresse qu'à sa pub, Bush qu'à asseoir son influence dans la région et Uribe ne veut absolument pas de quoi que ce soit !
Quant aux farc, il sont gonflés de parler de libérer un môme qu'ils n'ont plus depuis deux ans.
Tout ce monde se fiche éperdument des otages, dont on se demande alors à quoi ils peuvent bien servir à ces terroristes.
Et, soyons honnêtes, serions-nous aussi concernés s'il n'y avait pas en cause cette malheureuse Ingrid ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gwdefrem.info/
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 7 Jan - 14:06

Citation :

Bonsoir à toutes et à tous. Vous avez tous suivi, je suppose, les événements du réveillon qui ont fait s'effondrer brutaleme,nt les espoirs que nous avions tous de voir enfin des otages libérés. Seule "bonne" nouvelle : le petit Emmanuel a été formellement identifié par son ADN et va pouvoir retrouver sa grand-maman - en espérant qu'il retrouve vite sa maman également.

Tout cela a été un imbroglio assez difficile à suivre. Je vous conseille de lire l'article du Nouvel Obs que je viens de mettre dans la revue de Presse de Betancourt.info. Il donne une version assez vraisemblable de ce qui a pu se passer - sans toutefois que nous puission être surs que c'est vraiment comme cela que les choses se sont passées.

Pour ceux qui ne l'ont pas vue : il y a eu mercredi une nouvelle émission de "C dans l'air" sur France 5, consacrée à l'affaire Emmanuel : "Faux espoirs en Colombie" . Elle est encore visible durant quelques jours sur le site de l'émission : http://www.france5.fr/cdanslair/

J'espère que mon prochain message contiendra des nouvelles plus positives... gardons l'espoir !

Armand

* Armand Burguet - +32 (0) 474 50 80 04 - armand@educweb.org

* www.EducWeb.org - pour les enseignants et leurs classes

* www.Betancourt.info - soutien à Ingrid Betancourt, otage depuis février 2002
* www.Aeropostale-3000.org - écrire à un des 3.000 séquestrés de Colombie
* www.Atterrissage.org - l'Europe : rêve ou cauchemar ?
* www.AlterFocus.com - un autre regard sur l'actualit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 7 Jan - 14:24

Citation :
OTAGES DES FARC
Vers une "exfiltration clandestine" d'Ingrid Betancourt ?
NOUVELOBS.COM | 07.01.2008 | 18:07
C'est ce à quoi s'attend, Fabrice Delloye, l'ex-mari d'Ingrid Betancourt, qui reconnaît cependant qu'une telle opération "serait épouvantablement dangereuse"

Nous aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Paps



Messages : 108
Date d'inscription : 02/08/2007
Localisation : Genève.CH

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 10 Jan - 12:30

Very Happy Comme quoi faut savoir être patient,et surtout discret.Bonne leçon
pour Sarko le roi de l'esbroufe médiatique.Mais bien sur pour les médias
c'est grâce a lui cette libération.
Bref c'est une grande bonne nouvelle,et maintenant la suite.Vite.
Courage djodj,tes bonnes intentions vont être récompensés.
Toujours intéressé pour aider, en étant efficace?
A plus.Phill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 10 Jan - 13:22

Very Happy Very Happy

Toujours Phill .... si tu as des pistes, je serai au minimum à l'écoute

en effet c'est une très bonne nouvelle
et je suis sûr que le skipper de Boubakar sera de notre avis
maintenant il reste 2998 autres otages
souhaitons que les derniers évènements soient l'amorce de leur libération

en attendant, j'invite pour un pot au bar des Parigots


http://parigoteam.frbb.net/le-bistrot-a-jojo-f1/

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 10 Jan - 14:13

dernières nouvelles:

cyberpress,el tiempo
Citation :
Les autorités colombiennes ont ouvert une enquête afin de savoir si l'homme qui a recueilli dans sa famille Emmanuel, l'enfant de l'otage Clara Rojas, était membre des Farc, annonce mercredi le quotidien El Tiempo.

Le bureau du procureur a également l'intention de faire subir des tests ADN aux cinq autres enfants de José Crisanto afin de déterminer si ce dernier est bien leur père ou si ce sont des enfants dont la guérilla lui a confié la garde, selon la même source.

Dans un premier temps, Crisanto avait déclaré aux autorités, avant de se rétracter, être le grand oncle puis le père d'Emmanuel, né d'une relation consentie entre Mme Rojas et un guérillero.

José Crisanto, qui a été placé sous la protection de l'État, est à l'origine de l'échec de la libération de 3 otages des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

L'enfant, en mauvaise santé, dont les Farc lui avaient confié la garde en janvier 2005 à l'âge de trois mois, avait été interné, sans que les chefs de la guérilla ne soient informés, dans un centre médical de l'Assistance publique.

Par la suite l'institution avait refusé au paysan de lui restituer le garçonnet. Et ces derniers temps, les responsables de la guérilla avaient multiplié les menaces contre Crisanto pour récupérer Emmanuel.

Les Farc avaient promis le 18 décembre de libérer Mme Rojas et son fils, ainsi que l'ancienne parlementaire Consuelo Gonzalez, afin de les remettre au président vénézuélien Hugo Chavez.

Mais l'opération a échoué et le président colombien Alvaro Uribe avait affirmé qu'une des raisons était que les Farc ne détenaient plus Emmanuel.

Des tests comparant l'ADN du petit garçon «avec celui de la famille de Mme Clara Gonzalez», la mère de Clara Rojas, ont montré «une compatibilité absolue» de l'ADN, selon le parquet général de Colombie.

Après l'annonce de ce résultat, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont reconnu que l'enfant recueilli était bien le fils né en captivité de Clara Rojas, capturée par la guérilla en février 2002 avec l'ancienne candidate à la présidence, la Franco-colombienne Ingrid Betancourt.

L'enfant doit être remis prochainement à sa vraie famille, a-t-on appris auprès du ministère colombien de la protection sociale.

Citation :
- AFP, Reuters, BBC Mundo, Monsters and Critics, TeleSur

Les Farc prêts à libérer Rojas et Gonzalez, selon Hugo Chavez
10/01/2008 - AFP, Reuters, BBC Mundo, Monsters and Critics, TeleSur
Le président vénézuélien Hugo Chavez a affirmé mercredi avoir reçu les coordonnées du lieu où pourraient être libérés les deux otages de la guérilla colombienne des Farc et souhaité qu'une nouvelle opération puisse avoir lieu dès jeudi.

"Cette fois, oui, je viens de recevoir des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) les coordonnées, là-bas, dans les montagnes de Colombie", a-t-il lancé, lors d'un discours public.

M. Chavez a précisé que Caracas avait envoyé une "demande officielle au gouvernement de la Colombie" et attendait l'autorisation d'aller récupérer les otages dans le département colombien de Guaviare, dans le sud-est du pays.

"Espérons que demain (jeudi) à la première heure des hélicoptères du Comité international de la Croix-Rouge décolleront pour se rendre dans le Guaviare", a-t-il déclaré.

Le gouvernement colombien approuve

Un porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Bogota vient d'annoncer que le gouvernement colombien approuvait cette mission.

"Nous participerons à cette mission humanitaire, qui a été annoncée par (le président vénézuélien) Hugo Chavez et approuvée par le gouvernement colombien", a déclaré Yves Heller, porte-parole de la Croix-Rouge en Colombie.

Le Haut commissaire colombien pour la paix, Luis Carlos Restrepo, a en effet annoncé que les préparatifs pour la libération de deux otages des Farc avançaient et que Bogota avait accepté une proposition du Venezuela en ce sens.

Ladite mission devrait intervenir jeudi.

La guérilla marxiste s'est engagée à remettre au dirigeant socialiste du Venezuela deux otages: Clara Rojas, 44 ans, adjointe de l'ex-candidate à la présidentielle Ingrid Betancourt, enlevée avec elle en 2002, et l'ancienne parlementaire Consuelo Gonzalez, 57 ans, capturée en septembre 2001.

Les Farc avaient aussi promis de libérer Emmanuel, le fils de Mme Rojas, né d'une relation consentie avec un guérillero il y a trois ans, avant de reconnaître que l'enfant se trouvait dans un foyer pour mineurs à Bogota.

"L'enfant Emmanuel est déjà à Bogota, grâce à Dieu", a rappelé M. Chavez, qui s'exprimait lors d'une cérémonie organisée en l'honneur des équipes nationales de volleyball, récemment sélectionnées pour les JO-2008.

Une opération humanitaire internationale, chapeautée par le Venezuela pour aller chercher les otages dans la forêt colombienne, s'était soldée par un échec fin décembre. La guérilla avait alors invoqué des opérations de l'armée colombienne dans la région où devait avoir lieu la libération.

10/01/2008 - 20 Minutes, SwissInfo
Citation :
Hugo Chavez annonce la libération de Clara Rojas et Consuelo Gonzalez, otages des FARC depuis plus de six ans
10/01/2008 - 20 Minutes, SwissInfo
Cette nouvelle tentative pour libérer les otages des Farc a été la bonne. Selon Hugo Chavez, Clara Rojas et Consuelo Gonzalez sont libres. Une information confirmée par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Selon le quotidien colombien «El Tiempo», les deux helicoptères affrétés pour l'occasion volent actuellement vers le Venezuela et les deux ex-otages sont en bonne santé. Le président vénézuélien leur aurait parlé au téléphone.

La famille et les comités de soutien se réjouissent

«Nous nous réjouissons de tout cœur de la libération de Clara et de Consuelo, ont déclaré dans un communiqué la mère et la sœur d'Ingrid Betancourt, toujours otage des Farc. Nous leurs transmettons notre affection et nos vœux afin qu’elles se récupèrent très vite auprès de leurs familles de toutes les séquelles occasionnées par cette terrible captivité», ont affirmé Yolanda et Astrid Betancourt, encourageant la guerilla marxiste à «persévérer dans la voie des libérations humanitaires».

La Fédération internationale des comités de soutien à Ingrid Betancourt (Ficib) a également fait part de sa joie dans un communiqué. «Nous partageons le bonheur des familles de Clara et de Consuelo, et nous leur souhaitons à présent de retrouver très vite une vie aussi heureuse que possible. (...) Cette première libération, après presque six ans de combat, est à la fois pour nous une grande satisfaction, et une motivation renouvelée pour redoubler nos efforts, afin que soient libérées au plus vite toutes les autres personnes qui sont encore, comme Ingrid Betancourt, privées de liberté.»

Plus tôt ce jeudi, le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos avait fait savoir que la guérilla colombienne disposait d'une heure, à partir de l'atterrissage des hélicoptères, pour remettre Clara Rojas et Consuelo Gonzalez. «Si au bout d'une heure (les guérilleros) ne sont pas apparus, l'opération est annulée», avait déclaré le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos.

Deux hélicoptères

Il a précisé que ces conditions s'inscrivaient dans le cadre de l'accord conclu avec Caracas. Le ministre a indiqué que la libération devait s'effectuer dans une zone sauvage comprise entre les localités de San José del Guaviare et d'El Retorno (400 km au sud-est de Bogota).

Ce jeudi matin, deux hélicoptères vénézuéliens étaient partis pour la Colombie pour l'aéroport de San José de Guaviare (sud-est de la Colombie).

«Les appareils sont partis pour la Colombie et l'opération est en cours», avait déclaré Irma Alvarez, porte-parole du CICR au Venezuela, sur la télévision publique, sans donner de précisions sur le type et le nombre d'appareils impliqués ou leur lieu de départ.

Mercredi, le président vénézuélien, Hugo Chavez, affirmait détenir les coordonnées du lieu où récupérer les deux femmes.

© La Presse Canadienne
Citation :

C'est la fin de plus de cinq ans de captivité et d'attente pour Clara Rojas et Consuelo Gonzalez. Otages des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), les deux ressortissantes colombiennes ont recouvré la liberté jeudi et devaient gagner le Venezuela dans la journée pour y retrouver leurs proches.

La nouvelle, considérée par les soutiens aux otages de Colombie -dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt- comme une source d'espoir, a été annoncée par le président vénézuélien Hugo Chavez, engagé depuis des mois dans ce dossier. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui a collaboré à l'opération autorisée la veille par Bogota, a confirmé la libération des deux otages.

"J'ai parlé directement au téléphone avec Clara et Consuelo", a expliqué Hugo Chavez, précisant que les deux femmes étaient attendues à Caracas, où leurs familles, toutes à la joie des retrouvailles, s'apprêtaient à les accueillir.

"Le Venezuela continuera à ouvrir la voie pour la paix en Colombie. Nous sommes prêts, et en contact avec les FARC (...) nous espérons que le gouvernement colombien comprend", a ajouté le président vénézuélien, espérant que la mission ouvre la voie à la libération d'autres personnes aux mains des guérilleros.

Il s'agit de la plus importante libération d'otages dans le conflit colombien depuis 2001, année marquée par la remise en liberté de quelque 300 militaires et policiers retenus par les FARC.

Clara Rojas, collaboratrice de l'ex-candidate à la présidentielle colombienne Ingrid Betancourt, avait été enlevée en février 2002 à ses côtés dans le sud de la Colombie. De son côté, l'ancienne parlementaire Consuelo Gonzalez avait elle été prise en otage en septembre 2001 près de la ville de Neiva.

L'opération de récupération des deux otages a débuté jeudi après réception par Hugo Chavez des coordonnées du point de rendez-vous en Colombie envoyées par les FARC. Des hélicoptères vénézuéliens arborant le sigle de la Croix-Rouge internationale se sont posés dans le département du Guaviare (sud-est), un bastion des FARC. Dans la partie de la jungle couvrant ce secteur, Bogota avait suspendu ses opérations militaires afin de faciliter l'opération.

"Le minimum que nous pouvons faire, c'est d'offrir à toutes les parties la tranquillité (de savoir) que nous respecterons toutes les règles sur le terrain", a souligné le ministre colombien de la Défense. Juan Manuel Santos.

En novembre, le président colombien Alvaro Uribe avait brutalement mis fin

à la mission de médiation avec les FARC menée depuis l'été par son homologue vénézuélien, l'accusant d'avoir eu des contacts directs non autorisés avec l'armée colombienne. Mais les proches des otages ont exhorté Chavez à poursuivre sur la voie de la négociation avec les rebelles. Ces derniers, profondément méfiants à l'égard d'Uribe, ont récompensé ses efforts en proposant de libérer Consuelo Gonzalez, Clara Rojas et le fils de celle-ci, Emmanuel, trois ans, conçu et né en captivité.

La mission a échoué voilà plus d'une semaine, les FARC accusant l'armée colombienne de saboter l'opération par des opérations tandis que le gouvernement colombienne reprochait aux rebelles de s'être dédits car ils n'avaient pas l'enfant comme ils l'avaient affirmé. Chavez s'est aussitôt rangé du côté des FARC, taxant le président Uribe de "pantin". Des tests ADN ont ensuite prouvé que le petit Emmanuel se trouvait depuis plus de deux ans chez une famille d'accueil à Bogota.

L'opération de jeudi a été saluée avec émotion par Clara Gonzalez de Rojas, mère de Clara Rojas. "C'est le plus grand miracle (qui m'ait) jamais été donné", a-t-elle déclaré à Caracol TV depuis Caracas, en retenant ses larmes. "Je serai véritablement heureuse quand j'irai avec ma fille récupérer mon petit-fils."

"C'est une partie d'Ingrid qui se libère aujourd'hui", a pour sa part commenté Fabrice Delloye, ex-mari d'Ingrid Betancourt. "C'est une formidable nouvelle, c'est extraordinaire", la méthode Chavez "paie".

"Très très émue", leur fille, Mélanie Betancourt, a elle jugé qu'"après tant d'années d'immobilité", les guérilleros démontrent "qu'ils sont prêts à faire des pas en avant", et espéré que le gouvernement colombien reconnaisse ce "geste de bonne volonté", le "succès de la médiation du président Chavez" et fasse tout pour que "les choses aillent de l'avant vers un accord humanitaire". Un voeu partagé par la mère et la soeur d'Ingrid Betancourt, Yolanda Pulecio et Astrid Betancourt.

Soulignant que la "France se réjouissait profondément de la libération des deux otages", le président français Nicolas Sarkozy a estimé que la nouvelle engageait "à redoubler d'efforts pour faire rentrer les autres otages, au premier rang desquels (...) Ingrid Betancourt".

Les FARC espèrent échanger quelque 46 otages de premier plan, dont trois ressortissants américains et Ingrid Betancourt, contre des centaines de guérilleros emprisonnés.


© La Presse Canadienne, 2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ingrid Bétancourt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» INGRID : !!!!Vive les cours du Pink!!!
» avis aux selliers en herbe!
» YUMA, OI, sauvée par Ingrid19 (Aout 2009)
» histoire BMW filmée
» Poster des photos sur le forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OceanVirtuel :: RWC-
Sauter vers: