OceanVirtuel

Le site des Régates Oceaniques Virtuelles
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ingrid Bétancourt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 7 Mai - 11:40

07/05/2008 : "Ce qui a empêché la libération d'Ingrid : le manque de communications"
<BLOCKQUOTE dir=ltr style="MARGIN-RIGHT: 0px">
César Gaviria, ex président colombien et ex secrétaire général de l'OEA n'a aucun doute : pour lui, l'échec récent de la mission de sauvetage d'Ingrid Betancourt a été du à un manque de contacts préalables avec la guérilla. C'est justement cet aspect qui avait permis le succès dans les cas précédents comme Clara Rojas, Consuelo Perdomo ou Luis Eladio Pérez.</BLOCKQUOTE>

07/05/2008 : Betancourt, libérée "très vite" ?
<BLOCKQUOTE dir=ltr style="MARGIN-RIGHT: 0px">
Ingrid Betancourt, aux mains de la guérilla des Farc depuis plus de six ans, pourrait être rapidement libérée "car les Farc sont désormais pressées" d'obtenir une reconnaissance politique, estime l'ex-otage et ancien sénateur colombien Luis Eladio Perez. </BLOCKQUOTE>

06/05/2008 : Correa prépare des visites au Nicaragua, en Espagne, en Belgique, en France et au Pérou.
<BLOCKQUOTE dir=ltr style="MARGIN-RIGHT: 0px">
Le président équatorien, Rafaël Correa, prépare des visites au Nicaragua, en Espagne, en Belgique, en France et au Pérou, avec un agenda très chargé, apprend-on aujourd'hui du palais présidentiel à Quito.</BLOCKQUOTE>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 12 Mai - 2:55

Citation :
La soeur d'Ingrid Betancourt a de l'espoir
11/05/2008 - Le Nouvel Obs, Le Figaro, Terra España
Lors de l'assemblée générale de la Fédération Internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB) samedi 10 mai à Evry, Astrid Betancourt, la soeur de l'otage franco-colombienne, a dit son "espoir profond" de voir Ingrid libérée prochainement.

"L'année dernière, j'étais dans un état d'esprit totalement différent. Aujourd'hui, je nourris l'espoir profond de voir Ingrid parmi nous", a déclaré Astrid Betancourt, en saluant la mobilisation de la France et des 69 comités de soutien de la FICIB (dont une dizaine se trouve à l'étranger).

"Quelque chose de très concret"

Elle est revenue sur une année riche en événements concernant la question des otages aux mains des FARC en Colombie avec notamment la libération de sept d'entre eux, dont Clara Rojas.

La soeur de l'otage franco-colombienne a expliqué que la dernière mission de Bernard Kouchner en Amérique latine avait permis d'établir "quelque chose de très concret" entre la France et le président vénézuélien Hugo Chavez, sans vouloir préciser la teneur de ces discussions.

L'ambassadeur du Vénézuéla en France, Jesus Arnaldo Pérez, qui a assisté au débat organisé à l'issue de l'assemblée générale, a déclaré que Hugo Chavez "était prêt" à reprendre la médiation avec les FARC mais qu'il en était "malheureusement" empêché par Alvaro Uribe. "Nous ferons tout pour que la paix soit obtenue en Colombie", a-t-il poursuivi.

L'ancien directeur de campagne "pessimiste"

De son côté, Adaïr Lamprea, ancien directeur logistique de la campagne présidentielle d'Ingrid Betancourt, qui conduisait la voiture au moment de son enlèvement le 23 février 2002, s'est montré "pessimiste". "Ingrid Betancourt s'est attaquée à la corruption et il y a des intérêts pour qu'elle reste dans la jungle", a-t-il assuré. Il a rappelé qu'une trentaine de parlementaires colombiens, parmi lesquels de nombreux proches du président Alvaro Uribe, venaient d'être incarcérés pour corruption.

La soirée-débat s'est poursuivie avec un concert donné par divers artistes comme Adrienne Pauly, Cécilem, Claudia Meyer ou encore le groupe belge CasaNoé.

Citation :
L'Equateur affirme que Washington a aidé la Colombie dans son raid contre les FARC en mars
09/05/2008 - La Presse canadienne, Info BAE, USA Today
Le ministre de la Défense équatorien a déclaré qu'il y avait "des raisons réelles" de croire que les Etats-Unis ont aidé l'aviation colombienne à mener un raid en territoire équatorien contre un camp des FARC en mars dernier.
Javier Ponce a estimé que le président colombien Alvaro Uribe devait clarifier ce qui s'était passé pendant le raid, affirmant que le gouvernement américain avait été "le premier à la féliciter d'avoir violé notre souveraineté nationale".

L'opération colombienne, qui avait fait 25 morts dont un chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), avait donné lieu à de vives tensions entre Quito et Bogota.

Le président de l'Equateur Rafael Correa avait accusé la CIA d'avoir infiltré les services de renseignement équatoriens en avril.

Le porte-parole de l'ambassade américaine à Quito n'avait pas pu être joint dans l'immédiat.

Les FARC retiennent dans la jungle de nombreux otages, dont la franco-colombienne Ingrid Betancourt.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Ven 23 Mai - 10:35

23/05/2008 : Le canal suisse pour libérer les otages colombiens
Forte d'une médiation vieille de 9 ans en Colombie, la diplomatie suisse est devenue l'acteur clé pour favoriser un accord humanitaire entre les FARC et Bogota. Explications et propos exclusifs du diplomate suisse Rémy Friedmann.
22/05/2008 : Cannes : journée d'action samedi en faveur des otages des Farc
Le Festival du Film de Cannes n'a pas oublié Ingrid Betancourt. La photo de l'otage des Farc est accrochée au fronton du palais des festivals. Ingrid Betancourt et les autres otages seront placés encore plus sur le devant de la scène, samedi 24 mai, à l'occasion d'une manifestation organisée par la Fédération Internationale des Comités Ingrid Betancourt. La FICIB souhaite en effet profiter du festival de Cannes pour sensibiliser l’opinion américaine à propos d'otages américains "oubliés" en Colombie.
21/05/2008 : "Affaire Betancourt": ignorance, désinformation et propagande Uribiste sur MédiaPart
Le 22 avril, le journaliste Thomas Cantaloube publiait dans MediaPart un article intitulé « Affaire Betancourt : six ans de non-dits, de manipulations et d’échecs », qui a provoqué des réactions très mitigées chez ceux qui sont connaissent bien la situation en Colombie. Auteur du livre "Ingrid" publié récemment et que beaucoup considèrent comme l'ouvrage le plus intéressant sur ce sujet, Sergio Coronado nous donne, sur MediaPart également, son point de vue sur l'article en question.
21/05/2008 : L'UE dénonce des assassinats en Colombie
L'Union européenne (UE) a dénoncé dans un communiqué rendu public à Bogota les récents assassinats et menaces de mort dont sont victimes les défenseurs des droits de l'homme en Colombie.
Les "organisations, qui depuis plusieurs années coopèrent étroitement sur le terrain avec l'UE, n'ont pas échappé à cette vague de menaces et d'intimidations: depuis le 18 février cinq dirigeants et membres d'associations liées aux programmes de l'Union ont payé de leur vie leur engagement auprès de leur communauté", selon le communiqué.
20/05/2008 : Revers cuisant pour les Farc après la désertion du commandant "Karina"
La désertion de "Karina", chef rebelle emblématique des Farc, redoutée des autorités colombiennes, représente pour la guérilla marxiste un revers cuisant.
19/05/2008 : La mère d'Ingrid Betancourt sollicite l'aide du président du Guatémala
Yolanda Pulecio, la mère d'Ingrid Betancourt, kidnappée depuis 2002 par la guérilla de ce pays, a fait appel au président du Guatemala, Álvaro Colom, pour qu'il intercède auprès de son homologue Álvaro Uribe et qu'il obtienne sa libération.
18/05/2008 : Le sommet Europe-Amérique latine assombri par la querelle entre Bogota et Caracas
Les dirigeants européens et d'Amérique latine souhaitaient s'unir contre la pauvreté, le réchauffement climatique et la hausse des prix alimentaires, mais leur sommet a été assombri par la querelle sans fin opposant la Colombie au Venezuela. Le Premier ministre François Fillon a pour sa part invité les dirigeants à mettre leurs "intérêts personnels de côté" et à poursuivre leurs efforts pour libérer Ingrid Betancourt.
17/05/2008 : La maman d'Ingrid Betancourt écrit à la Présidente de l'Argentine
Yolanda Pulecio, la mère d'Ingrid Betancourt, a déclaré qu'elle avait envoyé une lettre à la présidente de l'Argentine, Cristina Fernández de Kirchner, dont elle demande l'aide pour résister aux effets que pourrait avoir la décision du président Álvaro Uribe d'intensifier la "localisation humanitaire" des kidnappés.
16/05/2008 : Le remuant Sarkozy irrite à Bogotá
Dans ce dossier aux chicanes vicieuses, Nicolas Sarkozy a chargé droit comme un éléphant dans un accélérateur de particules. «Mieux vaut agir que ne rien faire», défend depuis un an, en boucle, son équipe diplomatique. La mission humanitaire du Falcon n’aurait donc pas été un échec, juste un «non-succès», dit-on à l’Elysée…
15/05/2008 : Les opérations intensifiées pour localiser Betancourt
Craintes renouvelées pour les familles d'otages: le président Uribe vient d'annoncer que le ministère de la Défense et les Forces armées révolutionnaires de Colombie "ont réajusté et intensifié les opérations pour permettre la localisation humanitaire des otages."
14/05/2008 : Chavez assure à Sarkozy qu'il fera son "possible" pour libérer Betancourt
Le président du Venezuela Hugo Chavez a assuré mercredi à son homologue français Nicolas Sarkozy qu'il ferait "tout son possible" pour obtenir la libération de la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt et de "tous les otages" des Farc.
14/05/2008 : Correa propose l'Equateur pour une libération
Le président équatorien Rafael Correa a reçu le soutien de Nicolas Sarkozy mardi à Paris, réaffirmant qu'il était "disposé à prêter le territoire équatorien" pour faciliter la libération d'otages de la guérilla colombienne des Farc, dont fait partie Ingrid Betancourt.
13/05/2008 : Extradition aux Etats-Unis des principaux chefs paramilitaires colombiens
Les principaux chefs paramilitaires colombiens ont été extradés mardi vers les Etats-Unis, où ils seront jugés pour trafic de drogue en Floride (sud), à New York (nord-est), au Texas (sud) et à Washington.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mar 27 Mai - 13:29

Citation :

27/05/2008 : l'impact de la mort de Marulanda difficile à évaluer

La mort de Manuel Marulanda, ajoutée aux récents revers militaires essuyés par les FARC, fait s'interroger les Colombiens sur l'éventualité d'un changement d'attitude du plus vieux mouvement de guérilla latino-américain et sur sa propension à accepter les conditions posées par Bogota pour un échange de prisonniers.


26/05/2008 : Appel de la famille d'Ingrid Betancourt


La familia de la secuestrada ex candidata presidencial colombo francesa Íngrid Betancourt hizo este domingo un llamado al nuevo líder de la guerrilla colombiana de las FARC, Alfonso Cano, para que libere a la política y a los demás rehenes civiles.



25/05/2008 : La guérilla des Farc annonce la mort de son chef historique Manuel Marulanda

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc-marxistes) ont annoncé dimanche le décès de Manuel Marulanda, le chef historique de la plus vieille guérilla du monde.


25/05/2008 : Colombie: les Farc prêts à libérer des otages dont Ingrid Betancourt, annonce Uribe

Le président colombien Alvaro Uribe a annoncé publiquement samedi soir que des chefs de la guérilla marxiste des Farc seraient prêts à se démobiliser et à libérer des otages dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt. Quant à l'ar mée colombienne, elle a annoncé samedi le décès de Manuel Marulanda, le chef historique des FARC, déjà donné pour mort à au moins 17 reprises.


25/05/2008 : Colombie: le chef des Farc Manuel Marulanda est mort, une 17ème fois...

Le chef de la guérilla colombienne des Farc, Manuel Marulanda, est mort, a affirmé le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos à un hebdomadaire qui le cite samedi sur son site internet.


24/05/2008 : Colombie: un convoi dans la jungle pour réclamer la libération des otages

Huit cars et plusieurs voitures forment ce convoi qui va parcourir 400 kilomètres pour se rendre dans la région du Guaviare, dans le sud du pays, où les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont déjà relâché six otages depuis le début de l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mar 10 Juin - 10:16

10/06/2008 : Farc: les trois otages américains auraient été localisés par l'armée colombienne

Les trois otages américains des Farc (guérilla marxiste) ont été localisés par des militaires colombiens qui ne sont pas intervenus pour ne pas mettre leur vie en danger, a affirmé lundi le ministre colombien de la Défense Juan Manuel Santos.


09/06/2008 : Hugo Chavez exhorte les Farc à "libérer tout le monde"

Le président vénézuélien Hugo Chavez a demandé dimanche au nouveau dirigeant des Farc, Alfonso Cano, de libérer sans conditions tous les otages, tout en déclarant qu'un mouvement guérillero armé n'était plus d'actualité en Amérique latine.


08/06/2008 : Gustavo Moncayo demande une médiation au président Correa

Gustavo Moncayo, dont le fils est détenu par la guérilla des FARC depuis 1997, a sollicité le président Rafaël Correa pour qu'il continue son action humanitaire visant à libérer tous les otages qui sont en pouvoir de ce groupe irrégulier.


08/06/2008 : Bogota prône la non-ingérence dans l'affaire des otages

Le chef de la diplomatie colombienne Fernando Araujo a prôné aujourd'hui la non-ingérence dans les affaires intérieures de la Colombie, après que l'Equateur eut indiqué qu'il rechercherait la libération des otages des Farc même sans l'aval de Bogota.


07/06/2008 : 3 000 enfants chantent la paix au Mémorial de Caen

3 000 enfants âgés de 6 à 13 ans ont interprété « Imagine », de John Lennon, aux côtés de Barbara Hendricks, en hommage aux enfants victimes des guerres et pour la paix. Vêtus de tee-shirts jaunes, bleus ou rouges, les enfants ont formé les trois bandes du drapeau colombien, pour demander la libération d'Ingrid Betancourt, otage des Farc depuis six ans.


07/06/2008 : Colombie: l'ELN veut s'allier aux Farc

La seconde guérilla de Colombie, l'ELN (guévariste) a lancé un appel à Alfonso Cano, le nouveau chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC - marxiste), à "l'unité" des groupes rebelles armés.


06/06/2008 : Le déclin des Farc est "irréversible", selon la Colombie

Le déclin de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui ont perdu au cours des dernières semaines plusieurs dirigeants importants, est irréversible, a jugé jeudi le vice-président colombien, Francisco Santos. "Aujourd'hui, le pardon et l'amnistie sont absolument impossibles, notamment (...) parce que les crimes de guerre qu'ils ont commis sont impardonnables et (sont punis) par le droit international", a-t-il dit.


05/06/2008 : Uribe propose l'exil en France aux guérilleros des Farc repentis

Le président colombien Alvaro Uribe a offert mercredi l'exil en France aux guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) qui accepteraient de déserter et de libérer leurs otages.


04/06/2008 : Le plan suisse pour l'échange humanitaire en Colombie

Un “ mécanisme de sécurité ” pour que le gouvernement de Álvaro Uribe et les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) concrétisent la libération des 39 otages qui sont entre les mains des insurgés en échange de 500 guérilleros détenus dans des prisons colombiennes, vient d'être annoncé par le canal de Swissinfo, le service public d'information du gouvernement helvétique.


03/06/2008 : Luis Eladio Perez : "Dans quelques temps il pourrait y avoir une libération..."

L'ex sénateur récemment libéré, dans une interview avec El Tiempo, a déclaré que cela pourrait être « quelqu'un », un militaire ou un politicien. Dans son esprit, cela pourrait « relancer tout le processus qui mène à l'échange ».


03/06/2008 : Les comités Betancourt lancent une vidéo à l'occasion du match France-Colombie

À l'occasion de match de football entre la France et la Colombie ce mardi , la Fédération Internationale des Comités Ingrid Betancourt (FICIB) a publié sur internet une vidéo destinée aux télévisions du monde entier, montrant la situation de l'otage franco-colombienne.


02/06/2008 : Piedad Cordoba dénonce un plan du gouvernement colombien pour "libérer" Ingrid Betancourt

Le sénatrice colombienne Piedad Cordoba, ex médiatrice d'un projet d'échange de prisonniers contre des guérilleros des FARC emprisonnés, a dénoncé ce lundi un plan du gouvernement colombien qui essayerait « d'acheter » un membre du secrétariat des Farc afin d'obtenir la libération d'Ingrid Betancourt.



01/06/2008 : Selon le vice-président Santos, les Farc auraient projeté un attentat à Madrid avec l'ETA

Le vice-président colombien Francisco Santos a affirmé vendredi que les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont projeté un attentat à Madrid avec la complicité de l'organisation indépendantiste basque ETA, ce qu'a démenti une agence proche de la guérilla. Dans des déclarations passées, Santos avait également affirmé que les Farc pourraient disposer d'armes "de destruction massive"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Ven 13 Juin - 9:50

Citation :
Colombie : la démocratie en danger
13/06/2008 - La Tribune des Droits Humains; Hulman Rights Tribune (Geneva, Switzerland)
La Commission colombienne de juristes estime que l’Etat de droit est menacé en Colombie. Le président Alvaro Uribe empiète sur les compétences de la Cour suprême et un quart des parlementaires sont sous enquête, soupçonnés de liens avec les paramilitaires. Ce climat d’impunité justifierait une intervention de la Cour pénale internationale.

Isolda Agazzi/Tribune des droits humains - « La crise des droits de l’homme en Colombie est en train de se transformer en crise de l’Etat de droit, car le président empiète de plus en plus sur les compétences des autres pouvoirs, à commencer par le judiciaire » affirmait sans ambages Gustavo Gallon, directeur de la Commission Colombienne de Juristes, lors d’une table ronde organisée en marge du Conseil des droits de l’homme à Genève « On me dit que le gouvernement Uribe est très populaire. Si c’est vrai, c’est très inquiétant qu’une large partie de la population appuie une politique manifestement contraire aux droits de l’homme. C’est un symptôme de décadence et de putréfaction de la société colombienne. »

La Commission Colombienne de Juristes estime que plus de 12’500 personnes ont été assassinées ou ont disparu de façon involontaire, hors combat, pendant le gouvernement Uribe – de juillet 2002 à juin 2007. Parmi celles-ci, 955 personnes ont été vicitmes d’exécutions extrajudiciaires perpétrées directement par l’armée ou la police. « C’est scandaleux ! s’exclame Gustavo Gallón. 30% de ces violations, lorsqu’il y a un auteur connu, sont attribuées aux guérillas. Et 70% compromettent la responsabilité de l’État : 40% par action d’agents étatiques et 30% par omission ou complicité avec les paramilitaires. Malgré cela, 30’000 paramilitaires ont été mis en liberté et laissés en impunité pendant cette période. »

Un quart des parlementaires sous enquête

En cause, l’accord de démobilisation conclu entre le gouvernement et les paramilitaires en décembre 2002, qui leur accorde, de fait, une quasi-amnistie. « La Loi dite de Justice et Paix, qui concrétise l’accord, a été déclarée partiellement anti-constitutionnelle par la Cour constitutionnelle en juillet 2006. Mais le gouvernement, à coup de décrets contraires à la décision de la Cour, est arrivé à la faire appliquer quand même. Il a interféré dans le travail du parlement et de l’appareil judiciaire », s’indigne le juriste.

Et à l’entendre, le président continue à s’arroger des pouvoirs qu’il n’a pas. Ainsi, le 13 mai il a extradé vers les Etats-Unis quatorze chefs paramilitaires accusés de trafic de drogue, qui étaient soumis à la loi de « Justice et Paix »..

Les organisations des droits de l’homme avaient dénoncé depuis cinq ans que ces personnes continuaient à agir de façon criminelle, au point qu’elles affirment qu’y a au moins 3.500 morts et disparitions forcées enregistrées ayant pour auteur des paramilitaires, depuis le début du processus de négociation. Elles estiment que les chefs paramilitaires extradés auraient dû être soumis à la procédure criminelle ordinaire en Colombie, qui prévoit des peines allant jusqu’à 60 ans de prison pour les crimes contre l’humanité. En les envoyant aux États-Unis, le gouvernement a privé les victimes colombiennes d’accès à l’action de la justice nationale.

« Un autre élément inquiétant est l’enquête ouverte contre de très nombreux députés et gouverneurs, accusés de complicité avec les paramilitaires dans des meurtres, trucages d’élections et violences sur les électeurs. » En tout, cela fait un bon quart du parlement. Et pour défendre un ancien Sénateur membre de sa famille, actuellement détenu pour ses liens présumés avec les groupes paramilitaires, « le président Uribe a déposé une plainte pénale pour calomnie contre le président de la Cour suprême » raconte Gustavo Gallón.

Achat du vote d’une ex-parlementaire

A cela s’ajoutent les déclarations de témoins qui affirment que le Président Uribe lui-même serait compromis dans certains crimes et les actions judiciaires en cours contre des ministres.

Gustavo Gallón pense que le président utilise les médias pour s’opposer à la Cour suprême. Et à l’entendre, ça marche : « Les gens écrivent aux journaux et appellent les radios pour dire que la Cour suprême est contre le Président. C’est une attitude totalement populiste ! »

La presse colombienne s’est aussi fait l’écho des révélations de Yidis Medina, une ancienne parlementaire qui a avoué que son vote avait été acheté par le gouvernement pour approuver la réforme constitutionnelle qui a permis la réélection d’Alvaro Uribe. « Y a-t-il eu d’autres achats de voix ? On ne le sait pas, mais cela remet en question la validité de la réforme constitutionnelle et la réélection d’Uribe elle-même. C’est très grave » analyse Gustavo Gallón.

Portes ouvertes à la CPI ?

Dans son rapport annuel au Conseil des droits de l’homme, Philip Alston, le Rapporteur spécial sur les exécutions sommaires et extrajudiciaires, fait état de huit communications envoyées au gouvernement colombien au sujet des meurtres de treize personnes. Le Rapporteur estime avoir reçu de Bogota quatre réponses « très satisfaisantes » et quatre « incomplètes ».

Mais ces échanges épistolaires ne satisfont pas les ONG. Pour Jomary Ortegón, avocate du Collectif d’Avocats José Alvear Restrepo, l’extradition des quatorze chefs paramilitaires est la preuve que le Gouvernement ne veut pas enquêter sur les crimes commis par les paramilitaires. Ce qui justifierait une intervention de la Cour pénale internationale (CPI). « La Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) a présenté des communications à la CPI sur l’impunité en Colombie, mais il n’y a pas eu de suite. Si les ONG internationales peuvent nous aider à envoyer des communications à la Cour, nous leur serons très reconnaissants. »

Contactée par Tribune des droits humains, la Mission de Colombie à Genève n’a pas donné suite à notre appel.

Citation :
Le FARC manifestent leur désaccord avec la position du président Chávez
13/06/2008 - La Verdad
Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (Farc) ont affirmé hier à travers un communiqué qu'elles ne libéreraient pas leurs prisonniers tant que le gouvernement colombien n'aura pas libéré les guérilleros emprisonnés dans ce pays et aux Etats-Unis.

Ils ont affirmé qu'ils réclament également la libération des guérilleros emprisonnés. De cette manière ils répondent à la demande du président Hugo Chavez de libérer leurs otages sans contrepartie.

« C'est cela que réclament les révolutionnaires et les démocrates du monde, et c'est certainement ce que veulent les FARC. Mais les FARC réclament également la liberté pour les leurs, qui ont passé tout autant ou même plus de temps dans les prisons de Colombie et des Etats-Unis. Souvent dans les pires conditions, parce qu'on ne leur offre pas le minimum nécessaire. Le FARC ont insisté mille et une fois pour conclure un échange humanitaire, et le régime du président Álvaro Uribe Vélez a seulement répondu avec davantage de guerre », a déclaré le mouvement insurgé par le biais de l'agence de presse Anncol.

Face à la position du Président Chavez, qui avait déclaré qu'un mouvement de guérilla serait anachronique en Amérique latine, la guérilla affirme qu'il s'agissait là d'un avis personnel et respectable. « Nous n'allons pas pleurer parce que Chávez a raconté cela ».

Devant l'accusation selon laquelle un mouvement partisan peut se transformer en excuse de l'empire pour envahir la Colombie, le FARC ont suggéré que « C'est l'heure de relire Bolivar, Marx et Lenine. Beaucoup de révolutionnaires du monde discutent sur ce qui a été dit ».
Citation :
Las FARC manifiestan su desacuerdo con opiniones del presidente Chávez

Johandry Hernández / noticias@laverdad.com

Las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (Farc) afirmaron ayer a través de un comunicado que no liberarán a los secuestrados hasta tanto el Gobierno colombiano no libere a los guerrilleros presos en ese país y en Estados Unidos.

Afirmaron que ellos también anhelan la liberación de los guerrilleros presos. De esta manera respondieron al pedido del presidente Hugo Chávez de que liberen a cambio de nada a los secuestrados en su poder.

''Eso es lo que queremos los revolucionarios y demócratas del mundo, y con seguridad es lo que quieren las FARC. Pero también las FARC quieren que liberen a los suyos que tienen igual o más tiempo en las mazmorras de Colombia y Estados Unidos. Muchas veces en peores condiciones porque no se les brinda lo necesario. Las FARC han insistido una y mil veces en el intercambio humanitario y el régimen del presidente Álvaro Uribe Vélez sólo ha respondido con más guerra'', dijo el movimiento insurgente a través de la agencia de noticias Anncol.

Frente a la postura del Presidente de que un movimiento de guerrilla está fuera de orden en América Latina, expresaron que se trata de una opinión personalísima y respetable. ''No vamos a llorar porque Chávez haya dicho algo así''.

Ante la acusación de que un movimiento guerrillero puede convertirse en la excusa del imperio para invadir a Colombia, las FARC sugirieron coloquialmente que ''ahí la puerca torció el rabo''. ''Es la hora de releer a Bolívar, Marx y Lenin. Muchos revolucionarios del mundo están discutiendo sobre lo dicho''.

Chávez pidió el pasado domingo a las FARC que liberen a sus secuestrados ''a cambio de nada'', y afirmó que la guerra de guerrillas ya no tiene cabida en la América Latina.

Estos dichos se apartaron de la posición favorable que venía mostrando públicamente el mandatario venezolano hacia la guerrilla, llegando a pedir a Estados Unidos y a la Unión Europea (UE) sacarla de sus listas de grupos terroristas, y a Uribe que le otorgara estatus de grupo beligerante.
Citation :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 16 Juin - 10:33

Citation :

Le FARC manifestent leur désaccord avec la position du président Chávez
13/06/2008 - La Verdad
Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (Farc) ont affirmé hier à travers un communiqué qu'elles ne libéreraient pas leurs prisonniers tant que le gouvernement colombien n'aura pas libéré les guérilleros emprisonnés dans ce pays et aux Etats-Unis.

Ils ont affirmé qu'ils réclament également la libération des guérilleros emprisonnés. De cette manière ils répondent à la demande du président Hugo Chavez de libérer leurs otages sans contrepartie.

« C'est cela que réclament les révolutionnaires et les démocrates du monde, et c'est certainement ce que veulent les FARC. Mais les FARC réclament également la liberté pour les leurs, qui ont passé tout autant ou même plus de temps dans les prisons de Colombie et des Etats-Unis. Souvent dans les pires conditions, parce qu'on ne leur offre pas le minimum nécessaire. Le FARC ont insisté mille et une fois pour conclure un échange humanitaire, et le régime du président Álvaro Uribe Vélez a seulement répondu avec davantage de guerre », a déclaré le mouvement insurgé par le biais de l'agence de presse Anncol.

Face à la position du Président Chavez, qui avait déclaré qu'un mouvement de guérilla serait anachronique en Amérique latine, la guérilla affirme qu'il s'agissait là d'un avis personnel et respectable. « Nous n'allons pas pleurer parce que Chávez a raconté cela ».

Devant l'accusation selon laquelle un mouvement partisan peut se transformer en excuse de l'empire pour envahir la Colombie, le FARC ont suggéré que « C'est l'heure de relire Bolivar, Marx et Lenine. Beaucoup de révolutionnaires du monde discutent sur ce qui a été dit ».
Citation :
Un guérillero des Farc aurait proposé de libérer Betancourt, selon Uribe
14/06/2008 - AFP, Le Monde, ABC.es, Reuters
Le président colombien Alvaro Uribe a affirmé vendredi qu'un rebelle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) aurait offert aux autorités un marché prévoyant la libération d'Ingrid Betancourt, otage de la guérilla depuis plus de six ans.

Selon M. Uribe, le guérillero a proposé aux services secrets (DAS) de relâcher l'ex-candidate à la présidence, de nationalité colombienne et française, en échange de la promesse de ne pas expatrier aux Etats-Unis un autre membre des Farc, actuellement détenu.

"Espérons que la proposition de ce guérillero de relâcher Ingrid Betancourt soit réelle (...). Nous respecterions notre engagement de ne pas effectuer l'extradition", a déclaré le président colombien, lors d'une réunion de l'Organisation démocrate chrétienne d'Amérique (OCDA) à Bogota.

Le chef de l'Etat colombien avait déjà évoqué jeudi la possibilité d'obtenir la libération d'otages en échange de son refus d'extrader un membre des Farc. Mais il n'avait pas précisé alors que Mme Betancourt était concernée par ce marché.

"J'assume cet engagement. Dites leur que nous nous engageons à ne pas extrader cette personne. Mais que les otages soient libérés", avait-il déclaré, alors qu'il rendait visite à des députés du département de Risaralda (est).

Toutefois, pour le chef de l'Etat, ces contacts avec la guérilla ne sauraient en aucun cas justifier un arrêt des opérations militaires. L'armée a ordre de procéder à un repérage et à un "encerclement humanitaire" des camps des FARC où se trouvent les otages pour contraindre les guérilleros à la désertion ou à la négociation. Les familles des otages craignent que cette politique ne mette en danger la vie des captifs.

C'est également l'avis de Carlos Lozano, directeur de l'hebdomadaire communiste Voz, qui a été souvent un intermédiaire pour des contacts avec les FARC. "Le gouvernement tente de fragmenter la guérilla, ce qui ne peut que compliquer à terme une négociation politique", juge-t-il.

Quant au sénateur colombien Luis Eladio Perez, un des six otages relâchés par les Farc depuis le début de l'année, il a de son côté estimé que la guérilla pourrait procéder dès la semaine prochaine à de nouvelles libérations, dont celle de Mme Betancourt.
Citation :
MM. Uribe et Chavez vont se rencontrer pour "normaliser leurs relations"
15/06/2008 - Le Monde, Terra España, Reuters
Après s'être vivement opposés sur l'attitude à adopter vis-à-vis de la guérilla colombienne des FARC, le Venezuela et la Colombie prévoient une rencontre au sommet d'ici le 15 juillet, visant à"normaliser les relations et à repasser en revue les questions bilatérales", a annoncé Bogota.

Le président colombien Alvaro Uribe, a confirmé qu'il se rendra dans le pays voisin pour ses entretiens avec son homologue Hugo Chavez, et "renouvelé" à celui-ci ses "remerciements pour ses déclarations récentes qui aident bien la Colombie à parvenir à la paix définitive". Le chef de l'Etat vénézuélien avait estimé publiquement, dimanche dernier, que la lutte armée n'avait plus de raison d'être dans l'Amérique latine d'aujourd'hui et avait demandé à la guérilla de libérer"sans conditions" ses otages, dont la Franco-colombienne Ingrid Betancourt. Cette prise de position marquait un revirement du chef de l'Etat vénézuélien, qui demandait le mois dernier que les FARC bénéficient d'un statut de bélligérant et avait souhaité, au début de l'année, que les Etats-Unis et l'Union européenne les retirent de la liste des mouvements considérés comme "terroristes".

M. Uribe avait retiré l'an dernier à son homologue vénézuélien son mandat de médiateur pour tenter d'obtenir un accord avec les FARC. En mars, Caracas avait dépêché 10 bataillons à sa frontière avec la Colombie après que celle-ci eut bombardé un camp des FARC en territoire équatorien, tuant le chef guerillero Raul Reyes. Bogota avait alors accusé le Venezuela et l'Equateur de soutenir la rébellion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 18 Juin - 9:35

Citation :
Comité de soutien à Ingrid Betancourt et tous les otages en Colombie

L'ex-otage John Pinchao, ami d'Ingrid, privé de sa liberté d'expression
Le Comité de soutien tenait à vous faire part de cette information : alors que paraît son livre Evadé de l'enfer en France, l'ex-otage John Pinchao se voit privé de sa liberté d'expression en ne pouvant pas parler aux médias. Cette attitude est consécutive à une décision de sa hiérarchie.
Le Comité de soutien dénonce cette censure glaciale qui empêche la pleine diffusion d'un témoignage essentiel dans le cadre de la sensibilisation au fléau de la prise d'otage en Colombie.

http://agirpouringrid.com/L-ancien-otage-John-Pinchao-ami-d.html

La pétition passe le cap des 650.000 signatures
Après le dépouillement et le comptage des pétitions reçues, nous sommes heureux de vous annoncer que la pétition demandant la libération d'Ingrid et des otages a dépassé le cap des 650.000 signatures! Nous vous en remercions et vous invitons à poursuivre cette action qui permet de matérialiser vos soutiens, aussi intensément.

www.agirpouringrid.com


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 19 Juin - 11:04

Citation :
Le frère du nouveau chef des Farc ne croit plus en la guérilla
16/06/2008 - CyberPresse, El Nuevo Diario
Roberto Saenz, le frère du nouveau chef de la guérilla colombienne des Farc, Guillermo Leon Saenz alias Alfonso Cano, juge que la lutte armée «n'a plus de sens» en Colombie et conduit à un «massacre inutile», dans une interview publiée dimanche par un journal colombien.

Si à un moment donné de l'histoire du pays, la lutte armée a «pu paraître le seul chemin» dans une situation marquée par un «problème économique» de «possession de la terre, qui est à la base de tout ceci», il faut se demander aujourd'hui si la guérilla se justifie encore, et «je pense que non», a déclaré au quotidien El Tiempo Roberto Saenz, conseiller municipal à Bogota du parti de gauche Pôle démocratique alternatif (PDA).

Il a cependant averti qu'il n'irait pas chercher son frère Guillermo dans la jungle pour le convaincre de déposer les armes.

La politique est la forme «la plus civilisée de conduire une société», a-t-il souligné en demandant au gouvernement du président Alvaro Uribe de «faire un effort» pour trouver un accord avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) afin de mettre un terme à des dizaines d'années d'affrontements armés dans le pays.

Les propos de Roberto Saenz font écho à de récentes déclarations du président vénézuélien Hugo Chavez qui a affirmé il y a une semaine qu'un mouvement guérillero armé n'était plus d'actualité en Amérique latine et demandé au nouveau chef des Farc de libérer sans conditions tous les otages retenus par la guérilla.

Guillermo Leon Saenz alias Alfonso Cano, 59 ans, a remplacé fin mai le chef historique des Farc Manuel Marulanda, mort d'une crise cardiaque le 26 mars, selon la guérilla.

Parmi les otages détenus par les Farc figure Ingrid Betancourt, candidate présidentielle des écologistes colombiens enlevée en 2002. Elle fait partie d'un groupe de 39 otages dits «politiques» dont les Farc proposent la libération contre celle de 500 guérilleros emprisonnés.

Ces otages sont pour la plupart des policiers et militaires colombiens, ainsi que trois Américains capturés en 2003 alors qu'ils effectuaient une mission anti-drogue pour le gouvernement des Etats-Unis.
Citation :
La Colombie commémore les onze députés morts il y a un an alors qu'ils étaient otages des farc
17/06/2008 - Terra España
Le décès de onze des douze députés régionaux colombiens kidnappés par les FARC sera commémoréà Cali et à Bogota avec des messes et des cérémonies ce mercredi, jour du premier anniversaire de l'incident encore inexpliqué dans lequel ils ont perdu la vie.

Les douze politiciens avaient été kidnappés par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) le 11 avril 2002 au siège de l'Assemblée Législative de Cali, capitale de la Vallée du Cauca.

Le 28 juin de l'année passée, les FARC ont révélé dans un communiqué que les onze politiciens étaient décédé le 18 du même mois dans un combat avec un groupe inconnu, et que le seul survivant était Sigifredo López, qui à ce moment n'était pas avec le reste de captifs.

Les victimes sont : Juan Carlos Narváez, président de l'Assemblée lors du kidnapping ; Héctor Arismendi, Carlos Barragán, Carlos Charry, Ramiro Echeverri, Francisco Giraldo, Jairo Hoyos, Nacianceno Orozco, Edison Pérez, Alberto Quintero et Rufino Varela.

Sur la Place Bolivar, place principale de la capitale colombienne, on installera onze palmiers avec le nom des députés morts et les phrases qu'ils ont prononcées dans la dernière preuve de vie envoyée à leurs familles.

A Bogota, les cérémonies seront conduites par le maire de la ville, Samuel Moreno, et on attend la présence de certains des parents des députés morts, qui viendront de Cali pour la commémoration.

Le décès des législateurs, encore non clarifié, a été apparemment causé par une confrontation armée, à l'aube du 18 juin, entre deux factions des FARC.

Une enquête d'une commission légiste de l'Organisation des États Américains (OEA) a indiqué que les cadavres présentaient de multiples blessures de balles, mais n'a encore établi aucune responsabilité.

Citation :
San Vicente, l’ex-capitale toujours hantée par les Farc
18/06/2008 - Libération
Une modeste table de bois, quatre chaises en plastique, sur le perron d’une maisonnette qui domine la ville, un peu à l’écart du centre : Fernando appelle ça sa «terrasse». Il offre un tinto, un café noir. Il dit : «Tu vois le jeune qui vient de passer devant ma porte ? Même si je vis ici depuis des années et que je pense connaître tout le monde, je ne peux pas savoir si c’est simplement un jeune qui passe devant ma porte ou si c’est un milicien des Farc, un type qui vient espionner et qui fera son rapport à la guérilla.» D’ailleurs, Fernando a baissé la voix. A 71 ans, cet éleveur a passé la main à ses enfants mais a gardé sa langue : «Ici, tout le monde paie le "vaccin", l’impôt révolutionnaire aux Farc, du plus petit au plus gros éleveur, et celui qui dit le contraire est un menteur, un mec qui n’a pas les couilles au bon endroit.» Ici, à San Vicente del Caguán, en plein cœur de la Colombie, tout le monde ne pense qu’à ça : à la guérilla des Farc. Même si elle n’est plus présente. Ou moins présente.

Négociations. San Vicente del Caguán fut la «capitale» des Farc, de 1999 à 2002. Pendant ces trois ans, cette commune de 60 000 habitants - mais sur une superficie de 300 fois celle de Paris - a été le centre des négociations entre la guérilla et le gouvernement colombien de l’ex-président Andrés Pastrana. Négociations qui n’ont abouti à rien. Mais durant ces trois ans, les Farc ont pu croire qu’elles étaient parvenues aux portes du pouvoir : Andrés Pastrana avait accepté de «démilitariser» (évacuer toute force de police et de l’armée) le Caguán, une zone grande comme la Suisse, autour de San Vicente et de quatre autres communes voisines. «Concrètement, nous avions donc dû trouver un accord avec les Farc, notamment en matière d’ordre public, se souvient le maire de San Vicente de l’époque, Néstor Ramírez. La police était partagée moitié-moitié entre des membres des Farc - 30 hommes, armés - et des gens nommés par la mairie - 30 hommes, mais seulement équipés de bâtons…»

Néstor Ramírez avait été élu fin 2000. Les Farc étaient donc déjà installées à San Vicente depuis un an. «Mais la guérilla n’a pas réussi à truquer ces élections de 2000, ajoute-t-il. Il y avait trop de journalistes et d’observateurs internationaux.» Il a donc remporté la mise, loin devant le candidat des Farc. Même s’il a dû cette élection à son implantation locale, Ramírez était sur une liste se réclamant du parti d’Ingrid Betancourt, Vert oxygène. Il fut le seul maire du pays, cette année-là, à être élu derrière la Franco-Colombienne, désormais otage des Farc depuis février 2002, juste après la rupture des négociations de San Vicente.

«Trois jours après l’élection, trois guérilleros se sont invités chez moi, raconte l’ancien maire. Ils ont dit venir au nom de Manuel Marulanda [le chef et fondateur des Farc, mort à 80 ans en mars, ndlr]. Je leur ai offert des sodas et des tintos. Ils m’ont félicité pour mon élection et ils ont dit leur désir de collaborer avec moi. Je leur ai dit non, que ce n’était pas l’idée de mon équipe municipale. C’était d’ailleurs une des conditions d’Ingrid Betancourt : pas de compromissions avec les Farc. "Pas de soucis", m’ont-ils dit…» Février 2002 voit la rupture les négociations et l’enlèvement d’Ingrid Betancourt - sur une route qui la menait, justement, à San Vicente. Pour Néstor Ramírez, l’affaire se complique. L’armée colombienne a réinvesti le bourg, mais pas toutes les zones alentour, loin de là. Les Farc sont encore tout près : «Trois jours après la rupture, je reçois une lettre : elles m’invitent à les rencontrer dans une zone rurale. Je n’y vais évidemment pas. Deuxième lettre, plus sèche, selon laquelle je dois "comparaître". Troisième lettre : je deviens littéralement un "objectif militaire" et dois abandonner le village "immédiatement".»

Enlevé. Le Caguán est une zone de savane, conquise sur la forêt tropicale au début du XXe siècle. Entre vallées et monts pré-andins, la commune de San Vicente, moyennement riche, vit de l’élevage extensif de bovins. Au mieux de sa fortune, Fernando a eu jusqu’à 5 000 têtes de bétail. Il a eu aussi jusqu’à neuf gardes du corps. Et a été enlevé, durant huit mois, par la guérilla. Outre leur cinquantaine d’otages dits «politiques», les Farc enlèvent régulièrement des gens pour racketter les familles - ils seraient aujourd’hui 700 entre leurs mains. «Comme otage, j’ai été bien traité, raconte Fernando. La marchandise, il faut bien la traiter si on veut qu’elle garde de la valeur.» La famille a payé, il ne veut pas dire combien. «Ici, c’est toujours la loi du silence.» L’armée affirme aujourd’hui que tout va bien : «Nous avons réussi à contrôler toute l’ancienne zone démilitarisée, même s’il y a encore, parfois, des combats intenses dans des régions éloignées, à quelques dizaines de kilomètres d’ici ; des combats intenses ça ne veut pas dire qu’il y a forcément beaucoup de pertes, mais ça peut durer trois ou quatre heures», affirme le colonel Gómez, à la tête du régiment Cazadores, 1 200 hommes implantés à une dizaine de kilomètres du centre de San Vicente. La caserne rassemble aussi les 1 200 hommes d’une brigade mobile et 3 000 issus de la force spéciale de commandos Omega. 5 400 militaires pour 60 000 habitants : par défaut, l’Etat prouve qu’il n’a pas récupéré totalement l’ex-capitale des Farc.

Ruines. Néstor Ramírez montre son ex-maison, dans le centre de San Vicente, dont il ne reste rien. Juste des ruines, des pans de murs désormais bouffés par la végétation tropicale. Dynamitée le 25 janvier 2003, comme «objectif militaire» des Farc. Quatre mois plus tard, dans la nuit, les locaux de la mairie et du poste de police explosent : un seul mort, un gamin de 8 ans. Puis, de 2004 à 2007 : quatre assassinats de conseillers municipaux. Des balles dans la tête. Malgré les gardes du corps. «Douze policiers sur une quarantaine se consacrent uniquement à la protection des élus, dit le major Pérez Monroy, le commandant du poste de police. Les peurs ne sont plus les mêmes qu’à l’époque où les Farc tenaient le village. Aujourd’hui, les craintes sont diffuses : à tout moment peut survenir un assassinat, un attentat à la voiture ou à la moto piégée. Personne ne sait quand ni comment.» Mais les Farc sont toujours là, dans cette ville poussiéreuse et oubliée de la géographie colombienne. Sans uniforme de guérilleros, mais sous la forme de ces «miliciens civils», insaisissables, qui continuent à tuer et à prélever «le vaccin».
Citation :
La France a renoué le contact avec les Farc (source proche de l'Elysée)
19/06/2008 - AFP, CM&, Reuters
La France est parvenue à renouer le contact, interrompu depuis plusieurs semaines, avec la nouvelle équipe dirigeante de la guérilla colombienne des Farc, qui détient l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt, a-t-on appris jeudi de source proche de l'Elysée.

"Nous avons multiplié les initiatives pour renouer le dialogue avec la nouvelle équipe dirigeante des Farc (...) nous avons réussi, nous le pensons, à renouer un dialogue avec certains des membres du secrétariat des Farc", a indiqué cette source sous couvert de l'anonymat.

"Nous continuons (nos efforts), mais dans la discrétion", a-t-elle ajouté.

Avec la mort en mars du numéro 2 des Farc Raul Reyes, abattu lors d'une opération de l'armée colombienne sur le territoire de l'Equateur voisin, la France avait perdu son principal interlocuteur au sein de la direction de la guérilla colombienne.

Interrogée sur l'état de santé d'Ingrid Betancourt, la source proche de l'Elysée a indiqué, sur la foi d'indications non recoupées, que l'otage franco-colombienne était en vie.

"Toutes les indications que nous avons confirment qu'elle est en vie. Les témoignages qu'on a reçus montrent que son état de santé est mauvais, mais pas dramatique. Je le dis avec une extrême prudence parce que tout ça nous parvient non recoupé et de façon relativement indirecte", a précisé la même source.

Les Farc détiennent 39 otages dits "politiques", dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, ancienne candidate à la présidentielle détenue depuis six ans et en mauvaise santé, ainsi que trois Américains, qu'elle veut échanger contre 500 guérilleros emprisonnés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Lun 23 Juin - 9:38

20/06/2008 : La mère d'Ingrid Betancourt reçoit en son nom L'Ordre du Mérite Civil

La mère de l'ex candidate présidentielle colombienne Ingrid Betancourt, kidnappée par les FARC depuis plus de six années, a reçu aujourd'hui au nom de sa fille l'Ordre au Mérite Civil accordé par le Conseil de Bogota, et a clamé à nouveau pour demander sa libération.

21/06/2008 : Journée mondiale du réfugié

Le 20 juin 2008 est la Journée mondiale du réfugié. En 2007, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a comptabilisé un nombre record de réfugiés et de déplacés dans le monde. La Colombie est le premier pays touché par les déplacement internes, avec 3 millions de personnes, ainsi que 552 000 réfugiés.

22/06/2008 : Les FARC présentent une preuve de vie d'un otage politique retenu depuis plus de six ans

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont remis samedi à une commission de l'Eglise colombienne des preuves de vie de l'ancien député Sigifredo Lopez, séquestré par la guérilla marxiste depuis plus de six ans à Cali, a annoncé à l'Associated Press son épouse Patricia Nieto.



23/06/2008 : Un otage des Farc demande à Ingrid Betancourt d'être "forte"

Un soldat colombien enlevé il y a plus de dix ans par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) demande à l'otage franco-colombienne Ingrid Betancourt de rester forte, dans un message vidéo diffusé dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mar 1 Juil - 9:45

30/06/2008 : Colombie : deux nouveaux assassinats de syndicalistes

A moins d'une semaine de la dernière lettre de protestation adressée au Président Uribe par la Confédération syndicale internationale, où celle-ci dénonçait le climat de violence et de persécution antisyndicale en Colombie, on déplore deux nouveaux assassinats de syndicalistes dans ce pays d'Amérique latine. Ces meurtres portent à 28 le nombre de syndicalistes assassinés en Colombie depuis le début de l'année.


29/06/2008 : Ingrid Betancourt proposée pour le prix Nobel

Un parti politique italien a proposé jeudi comme candidate au prix Nobel de la Paix la franco-colombienne Ingrid Betancourt, retenue en otage par les FARC depuis plus de six années.


28/06/2008 : Colombie: Uribe défie la justice avec l'annonce d'un référendum sur la présidentielle

Les électeurs colombiens seront bientôt conviés aux urnes pour décider de la tenue éventuelle d'un scrutin présidentiel anticipé. Le président Alvaro Uribe l'a annoncé jeudi soir. Cette décision fait suite à la révélation d'une ancienne député. Celle-ci affirme avoir été achetée pour soutenir la réforme constitutionnelle qui avait permis la réélection d'Uribe en 2006. Bogota dément.


27/06/2008 : Aymeric Dalphin : pour Ingrid Betancourt, ce petit citoyen au grand cœur

Depuis plusieurs années, Aymeric sensibilise le public à la situation d’Ingrid Betancourt et à celle des 3000 autres otages détenus en Colombie. L a semaine prochaine, il s'envole pour Washinton pour participer aux cérémonies de remise de prix exceptionnel et y recevoir une bourse d’études et un don de 2500 Dollars US qu’il reversera à l’œuvre de Yolanda Pulecio Betancourt pour les orpthelins de Bogota.


26/06/2008 : Contacts avec les Farc : les pays amis insistent

Quelques heures après que l'ambassadeur de la en Colombie, Jean Michel Marlaud ait clarifié que jusqu'à présent il n'existait aucun canal de communication avec la guérilla des Farc, le même diplomate a indiqué que les pays amis mandatés par le Gouvernement national, continueraient à rechercher les contacts avec certains membres du secrétariat de la guérilla, pour reprendre le dialogue sur la libération des kidnappés.


25/06/2008 : Un otage des Farc demande l'asile politique à Chavez

Un otage des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), dont une preuve de vie a été fournie samedi par la guérilla marxiste, a demandé l'asile politique au président vénézuélien Hugo Chavez, a-t-on appris auprès de sa famille.Seul survivant d'un groupe de douze députés colombiens otages depuis 2002, dont onze ont été tués en captivité il y a un an, Sigifredo Lopez lance un appel à M. Chavez, dans une vidéo tournée par les Farc et transmise à l'Eglise catholique.


25/06/2008 : M. de Villepin critique la "directive retour" de l'UE et part pour Caracas

Après avoir donné une conférence à Lima, l'ancien Premier ministre français Dominique de Villepin a déclaré dans un entretien à l'AFP qu'il poursuivait son périple en Amérique latine avec une visite privée à partir de mardi après-midi à Caracas, où il allait essayer de rencontrer le président vénézuélien Hugo Chavez. M. de Villepin, proche de la famille Betancourt, s'est beaucoup impliqué dans ce dossier à l'époque où il était premier ministre.


25/06/2008 : La France nie avoir eu des contacts avec les FARC

L'ambassadeur de France en Colombie, Jean Michel Marlaud, a nié aujourd'hui que son pays ait rétabli la communication avec les chefs des FARC pour rechercher la libération des kidnappés qui sont en leur pouvoir, plus spécialement Ingrid Betancourt.


24/06/2008 : "L"accord, en toute priorité !"

Roberto Saens Vargas, frère d'Alfonso Cano, le chef actuel des Farc et Yolanda Pulecio, mère d'Íngrid Betancourt, dialoguent dans une rencontre au journal El Espectador
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 2 Juil - 13:47

Very Happy ??? cheers ????

INGRID serait libérée

info à confirmer
nous communiquerons dès que possible
les lignes tel , les sites, tous les moyens sont bloqués

.....bien-sur nous n'oublions pas les autres milliers d'otages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliade

avatar

Messages : 270
Date d'inscription : 16/09/2007
Age : 57

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 2 Juil - 15:30

Je crois que c'est vrai.
Je partage ton emotion Jojo et je ne peu ne pas te faire des compliments pour ta fidelitè.

On continu pour les autres maintenant.

Ciao,
Roberto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PasCarJoLuAx

avatar

Messages : 1519
Date d'inscription : 15/08/2007
Age : 48
Localisation : Bretagne - Romagné

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 2 Juil - 16:21

Bravo pour elle.
Merci pour ta chronique.

Et dire qu'il y a un bateau sur la free nommé LIB-EREZ INDGRID
était-ce une prédilection ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pascarjoluax.mahe-bzh.fr
ds20000

avatar

Messages : 783
Date d'inscription : 20/08/2007
Localisation : Corsica

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Mer 2 Juil - 16:40

Libération Ingrid !!!!

Une grande joie pour tout le monde !!

Bravo Djoj pour ta chronique (les recettes aussi).
Bravo Hervé pour ton soutien.
Bravo à la démocratie qui fait un grand pas ce soir;
ça me fait penser en regardant les images à la télé au premier pas sur la lune; j'espère qu'on pourra très bientôt dans l'avenir faire la même chose pour certains peuples otages de leurs propres gouvernements: tchétchénie, zimbabwe,...
Ce soir c'est fête ! Heureux d'entendre cette voie de la liberté et de la lutte démocratique: celle d'Ingrid Bétancourt.
DS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://free-sydney-atlantic.over-blog.com/
AgnèsIII



Messages : 913
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Juil - 2:06

djodj a écrit:
Very Happy ??? cheers ????

INGRID serait libérée

info à confirmer
nous communiquerons dès que possible
les lignes tel , les sites, tous les moyens sont bloqués

.....bien-sur nous n'oublions pas les autres milliers d'otages


Content pour toi Jojo, et surtout pour elle !! Smile Smile

Daniel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coquedenoix



Messages : 203
Date d'inscription : 23/09/2007
Localisation : LE HAVRE

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Juil - 4:21

AgnèsIII a écrit:
djodj a écrit:
Very Happy ??? cheers ????

INGRID serait libérée

info à confirmer
nous communiquerons dès que possible
les lignes tel , les sites, tous les moyens sont bloqués

.....bien-sur nous n'oublions pas les autres milliers d'otages


Content pour toi Jojo, et surtout pour elle !! Smile Smile

Daniel

Je m'associe à cette joie qui ne peut-être que collégiale Smile Qu'il y a-t-il de plus beau qu'une famille réunie !

Bravo pour ta ténacité Jojo et aussi à tous ceux qui ont oeuvré...
Et n'oublions pas effectivement tous les autres otages où qu'ils se trouvent.

Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Juil - 10:24

Citation :
Rue 89
Par el_pibe_politico 02H49 03/07/2008
Bonjour à tous,
Je suis actuellement mes études à Bogota (19:46 à l'heure d'écrire)et c'est une grande victoire que l'on peut sentir ici.
Je viens de m'inscrire sur Rue89 suite à ce sondage du Monde.fr qui me parait loin de la réalité mise à part la dernière proposition qui il faut l'avouer n'et pas un "succès" mais un "sacre" pour la prochaine élection:

Que représente, pour vous, la libération d'Ingrid Betancourt?
- une récompense pour la mobilisation de l'opinion publique en France
- la justification des efforts des diplomates français et de l'Elysée
- une preuve de l'affaiblissement des Farc
- un succès pour le président colombien Alvaro Uribe

Je pense que l'on pourrait ajouter des centaine de propositions à ce sondage entre autres:

- une récompense pour la mobilisation de l'opinion publique colombienne
- une récompense pour toutes les familles des otages
- une nouvelle vision de la Colombie dans le monde (qui est la troisième économie sud-américaine)
- un pas vers la fin des souffances d'un pays en guerre
- un nouveau souffle pour donner du courage à tous les colombiens qui vivent dans une situation difficile (je suis allé dans une communauté indigène et c'est un autre monde...)
- une preuve de l'inefficacité des diplomaties étrangères à régler des conflits armés (comme le souligne, à juste titre l'article)
- une preuve que les informations vont souvent à sens unique
- ca représente pour moi des gens pleurant de joie (et ceci n'est pas un spectacle médiatique)et qui ont fêté l'évènement, comme il se doit ici et comme toute la Colombie avec une.. oration!

saludos
el pibe (qui vous laisse la possibilité de compléter les propositions)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Galop1

avatar

Messages : 545
Date d'inscription : 12/09/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Juil - 10:51

Hier soir dès l'annonce de la liberation d'Ingrid Bétancourt, au delà du soulagement sur son avenir, ma joie a été aussi de penser à Jojo et son magnifique soutien sur le forum depuis des mois.

Alors bravo à toi aussi, car vous êtes des milliers de personnes à avoir défendu son non oubli depuis 6 ans et ainsi un peu acteur de sa libération par la pression internationale.

Je comprend et partage volontier ton plaisir depuis hier.

Très amicalement

Christophe de Galop1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djodj

avatar

Messages : 575
Date d'inscription : 19/09/2007
Age : 58
Localisation : Drôme

MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   Jeu 3 Juil - 13:59

Salut à tous,

Vous imaginez ma joie depuis que j’ai vu Ingrid Bétancourt libre et en bonne santé

(les FARC, le gouvrnement Colombien et les services secrets Amériquains auraient'ils bien préparé le coup ????)
Il me faut tout d’abord savourer, savourer sans modérations
Et c’est ce que je fais depuis l’annonce


Merci à Hervé pour son courage et sa conviction
Merci à tous ceux qui ont donner de leur temps pour lire les nouvelles
Merci aussi aux détracteurs de ce post car ils m’ont fait évoluer dans ma réflexion
Merci pour vos mess


Les dernières nouvelles d’Ingrid sont plus que rassurantes et ça fait plaiz..
Je pense qu’après avoir retrouvé ses proches et pris du repos
On la retrouvera sur le devant de la scène politique et pas que en Colombie
un avenir de secrétaire générale de l’ONU …. ????
(j'y mets quelques billets et on pourra en parler dans quelques années si vous le voulez bien)


Bien-sùr il faut continuer pour les 3470 autres otages en Colombie
Bien-sùr que je vais continuer mon travail de fourmi pour les causes humanitaires
Il y en a tant !!


Je ne le ferai plus sur OV
Peut-être quelques coups de gueule sur « de tout et de rien »

Refermons ensemble ce post svp
Vive les femmes et les hommes LIBRES
Libre comme un marin,enfin je l’espère…………………


Bons vents
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ingrid Bétancourt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ingrid Bétancourt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» INGRID : !!!!Vive les cours du Pink!!!
» avis aux selliers en herbe!
» YUMA, OI, sauvée par Ingrid19 (Aout 2009)
» histoire BMW filmée
» Poster des photos sur le forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OceanVirtuel :: RWC-
Sauter vers: